08/10/2010

2100 ZONE AMA

 

2100 ZONE AMA

Jill S. Georges

Chapitre 1

InnocenceDiapositive1.jpg

- Jo? ...

- Jo? ...

- Jo, cela fait trois fois que je t'appelle, tu ne peux pas répondre?

- Excuse-moi mman, répondit Jo en baissant la musique, je ne t'ai pas entendue,

- Tu n'entends jamais quand on a besoin de toi. Georges est en bas, il t'attend,

- J'arrive, j'arrive.

Jo ferma son sac, regarda saman qui regardait la pile de vêtements en tas sur sa chaise, soupira et, s'approchant de Kim, lui lança un bisou sur la joue et descendit en courant les escaliers.

- Jo, on se voit ce soir?

- Oui, mman, si tu es là, je n'ai rien de spécial, il faut que je bosse, demain j'ai un test super super important,

- Ok, alors à ce soir, bonne journée, je t'aime

- Moi aussi, mman, je t'aime.

 

Jo ferma la porte de la maison après avoir fait un bisou à Swan qui prenait son café dans la cuisine en regardant les nouvelles. Georges l'attendait dans la voiture, en face de la maison.

- Bonjour Georges, vous allez bien aujourd'hui?

- Oui, Miss, merci, très bien, et vous?

- Super Georges, merci.

 

C'était son petit rituel à elle, chaque matin, de demander à Georges comment il allait. Beaucoup de ses amies n'adressaient pas la parole à leurs employés de maison, mais Kim avait toujours insisté pour que Jo soit polie, même  avec le chauffeur. "La politesse est d'abord un respect de soi" disait-elle. Et Jo pensait qu'elle avait tout à fait raison. Georges était avec elles depuis des années. Combien au fait? Mman avait toujours dit que Georges était là quand Jo était née, c'était lui qui avait emmené Kim à la clinique et l'avait attendue toute la durée de l'accouchement. Et Georges avait aussi ramené Kim et son bébé à la maison, avec Swan, évidemment, Jo ne s'en souvenait pas, mais Kim le lui avait raconté. Jo avait été le plus beau bébé du monde. Elle regarda la nuque de Georges. Quel âge pouvait-il avoir? Si elle allait bientôt avoir vingt ans, et qu'il avait disons 18 ans quand il avait rejoint Kim, il devait avoir son permis de conduire, puisqu'il était leur chauffeur ! Donc il devait avoir 38 ans au moins. Jo se perdait dans ses pensées, elle se disait qu'en fait elle ne savait rien de Georges, si ce n'est qu'il travaillait pour Kim et Swan depuis vingt ans. Une vie ! et Georges était formidable, car, contrairement à beaucoup de ses amies qui avaient aussi un jardinier, un cuisinier ou un ménager et un linger, Georges faisait tout. Kim avait dit qu'elle et Swan pouvaient aussi faire des choses dans la maison et qu'un seul employé suffisait. Julia par exemple, avait un chauffeur, un linger et ménager, et un cuisinier qui faisait aussi jardinier. Trois employés de maison. Julia ne savait même  pas le nom de ces gens.

La voiture s'arrêta, et Nam ouvrit la porte en souriant:

- Coucou, tu vas bien?

Elle s'engouffra dans la voiture et embrassa Jo sur les joues, trois fois, comme il se devait dans leur société. T'as bien dormi? Moi je n'ai pas fermé l'œil de la nuit.

- Pourquoi?

- Ne me dis pas que tu ne te souviens pas de notre conversation d'hier soir?

- Ah oui, c'est vrai. Alors tu as réfléchi? En fait, après toi il y a aussi Julia qui m'a appelée, et tu sais pourquoi?

- Non

- Elle avait oublié un dossier à l'uni, et il semble qu'elle soit arrivée à la fin du Conseil et que dans le couloir, la Présidente était en train de parler de mon projet.

- Super, et elle a dit quoi?

- Julia n'a pas voulu me le dire, elle m'a dit qu'elle me raconterait tout aujourd'hui. Et toi, tu as réfléchi?

- Ecoute Jo, ce n'est pas un truc auquel on pense pendant la nuit et au matin, comme ça, on se réveille et on est pour ou contre ! Ce n'est pas du blanc ou noir, c'est un sujet à réfléchir, à mûrir, à laisser maturer...

- Ok, j'accepte, et je vais faire des efforts de patience, j'attendrai, j'attendrai et j'attendrai

Les jeunes filles se taisaient en regardant par la fenêtre

- Mais, reprit Jo, j'attendrai disons jusqu'à demain, ça va?

Elles éclatèrent de rire, et Nam lui embrassa le dos de la main amoureusement.

- Si tu savais à quel point je tiens à toi ! La question est de savoir si toi tu as réfléchi?

- Moi, réfléchir? Toujours, malheureusement, tu sais bien

- Alors?

- Alors quoi? Mon projet? La nouvelle association de maman? Georges dont je ne connais rien?

- Non, non, le mariage. Es-tu d'accord de te marier avec moi?

- Eh, mais il me semble que c'était à toi de réfléchir si tu voulais vivre avec moi et faire un bébé, tu retournes la causalité...

La radio diffusait les nouvelles, et Jo tendit l'oreille quand elle entendit le mot "viol".

 

 

 

 

14:39 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, femme, genre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.