30/12/2010

2100 ZONE AMA

Chapitre 5Diapositive1.jpg

Justice

 

Jo et Nam se couchèrent après avoir reparlé de l'anniversaire de Nam qui approchait à grands pas. Nam restait d'un mutisme complet à propos de la question existentielle qui déterminerait l'avenir des deux jeunes femmes. Jo sentait comme un vide au creux de sa gorge. Elle regarda Nam qui dormait comme un ange. Tous les soucis avaient disparus de son visage. Elle est si belle quand elle dort. Elle devrait dormir tout le temps! Nam n'avait pas supporté la discussion au sujet de Julia, elle ne supportait plus les disputes à la maison entre saman et sa belleman, elle ne supportait plus Luce qui envahissait son univers disait-elle. Et Jo, est-ce que Nam supportait Jo encore? Et est-ce que Jo supportait Nam? Elle en avait un peu pitié, et la pitié est le pire matériau pour construire une relation. Jo ne s'était pas posée la question en fait de savoir si elle, elle voulait vivre avec Nam toute sa vie. La question ne s'était pas posée parce que c'était une évidence. Nam et Jo étaient ensemble depuis toujours et seraient ensemble pour toujours. Une évidence. Jo posa un délicat baiser sur la peau douce du dos de Nam et s'endormit.

 

Au matin, quand Jo arriva dans la cuisine, le dernier numéro d'ECOTELLE était posé sur la table. Le magazine titrait sur le droit du divorce avec un slogan qui donnait à réfléchir  "LE DIVORCE A VINGT ANS, UNE MAJORITE?" Jo pensa que bientôt, quand elle aurait vingt ans, elle pourrait voter. Ce serait amusant de voter pour la première fois sur la question du divorce. D'après Kim, la votation interviendrait à la rentrée après l'été, donc Jo pourrait voter. Le divorce, soit, et la question du mariage viendrait-elle sur le devant de la scène? Jo ne voulait pas se marier, et Nam devait répondre le jour de son anniversaire, le jour de sa majorité. Avant de parler du divorce, et de repenser le droit, ne devrait-on pas se pencher sur la question du mariage?

- Mman, tu en penses quoi, toi, du divorce?

- Chérie, je pars dans trois minutes et le sujet est plus vaste, on peut en reparler à un autre moment?

- Nam est partie avec son chauffeur car elle devait passer chez elle. Georges peut nous amener, toi et moi, et on peut continuer dans la voiture. Tu ne penses pas qu'avant de réviser notre droit du divorce on devrait se pencher sur le droit du mariage?

- Oui, mais c'est encore plus délicat. Je suppose que commencer par le divorce, qui est connexe, est moins dangereux que d'aller de front s'attaquer à une institution qui est la base même de notre société. Tu sais, les femmes ont du se battre longtemps pour arriver à un tel degré de sécurité et d'harmonie. Nous avons sans doute la société la plus efficace et agréable à vivre. Et le mariage en est un pilier.

- Mais on pourrait vivre ensemble sans être mariées

- Oui, et alors on n'est pas mariées, donc on n'a pas le statut

- C'est du chantage, si je ne me marie pas, je n'ai pas droit aux mêmes choses que mes copines mariées

- Oui, dans un certain sens. L'objectif étant de maintenir une stabilité sur une base commune à toutes les membres de la société.

- Oui, mais le mariage c'est quoi en fait ?

- Deux femmes qui se marient décident de vivre ensemble et de se soutenir en tout temps, que les temps soient merveilleux ou difficiles. C'est une solidarité volontaire et indestructible.

- Oui, et tu n'as qu'à voir la mère de Nam et sa femme, c'est l'enfer, indestructible si tu écoutes Nam !

- Oui, tu en viens déjà au divorce. Mais reprenons le mariage. Deux femmes décident de vivre ensemble. On ne parle pas d'amour, on parle de lien social. Et une fois ces deux femmes mariées, elles fondent une famille. Une famille comme cellule fondamentale de notre société. Une famille où les jeunes filles sont élevées dans le but de maintenir cette société, de la nourrir, de la chérir, de la continuer. On ne met pas au monde des enfants pour détruire ce que nous avons construit, mais bien pour le continuer

- Je ne veux rien détruire, je ne veux juste pas me marier

- Tu ne te poses peut être pas la bonne question. Tu ne veux pas te marier, parce que dans ta tête, tu dois te marier avec qui?

- Avec Nam, naturellement.

- C'est là que la question réside peut être. Est-ce le mariage dont tu ne veux pas ou bien est-ce que tu doutes de vouloir vivre une vie entière avec Nam?

Jo regarda saman, surprise. Elle n'avait jamais pensé ainsi. Ce serait à cause de Nam que Jo ne voudrait pas se marier?

- Revenons-en au mariage. Quand deux femmes ont décidé toutes les deux de vivre ensemble, elles forment un pacte, qui s'appelle le mariage, et fondent une famille. Et c'est la que l'on peut parler de famille. En général, les deux jeunes femmes ont un enfant en même temps, pour les élever, s'aider et partager tous les moments ensemble.

- Oui maman?

- Tu sais qu'une fille naît de deux X.

- Oui, bien sûr. Jo se rappelait sa réflexion à la clinique, quand elle se demandait d'où venait le second X

- Et bien chaque mère dans le couple donne son X à sa fille

- Oui, évident

- Et le deuxième X est le même pour les deux enfants à naître. Dans notre famille ce n'est pas le cas puisque Swan n'a pas eu d'enfant, mais si tu prends Nam et Luce, elles sont sœurs par l'éducation et l'amour qu'elles ont reçus de leur mère respective, et surtout par le deuxième X qui vient du même donneur. Génétiquement, elles sont demi-sœur, c'est le même père dans les deux cas.

Jo se rassit sur sa chaise. Pourquoi y avait-il tant de choses qu'elle ne savait pas? Son ignorance était immense, comme un lac profond qui s'élargissait de jour en jour.

Georges mit un terme à sa réflexion en signalant qu'il était temps de partir. Jo s'installa dans la voiture, Kim croisa ses longues jambes à côté d'elle, glissa ses lunettes de soleil sur son nez et sourit. Jo trouva saman très belle, elle rayonnait. La discussion s'engagea sur les préparatifs de la fête de samedi, les ballons bleus et le service traiteur. Kim eut un sourire en coin en disant qu'elle avait organisé une surprise aux filles.

 

07:15 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.