07/01/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 6Diapositive1.jpg

Amitié

 

Georges aimait bien conduire les trois femmes ensemble. Il était très fier d'être le chauffeur de Kim. Il aimait bichonner sa voiture quand il savait qu'elle allait avoir besoin de lui. Dans la voiture, Kim posa à nouveau la question de l'invitation. Et Jo expliqua que c'était Madame Emma, la directrice de la Clinique de la Paix qui lui avait envoyé un message. Jo était surexcitée, et la présence, ou plutôt l'absence de Nam ne la dérangeait pas le moins du monde. En arrivant au lieu de l'exposition, Jo fut surprise. Miss Niva avait choisi une serre de légumes, et les toiles étaient exposées entre des carrés de tomate rouge baiser et des lignes de salade d'un vert éclatant. Une fois passé le premier moment de surprise, une flute de champagne à la main, Jo se laissa entraîner par une hôtesse. Miss Niva n'était pas encore arrivée, mais Jo pouvait admirer les toiles en attendant les explications. Kim et Swan étaient un peu plus loin, enlacées tendrement devant un tableau de lumière. La chaleur qui s'en dégageait débordait des bords de la toile, les couleurs claires et limpides en faisaient une tache de clarté au milieu des légumes. Jo passait devant les toiles en respirant leur message, un dépliant à la main sur lequel elle pouvait lire les titres. Elle se promena parmi les allées comme pour faire le tour de l'ensemble, puis se laissa guider par son instinct. Devant une très grande toile posée à même le sol, elle décida de s'arrêter. C'était le ciel dans la mer ou la mer dans le ciel, les bleus se fondaient dans une osmose délicate. Jo se laissait entraîner par les vagues qui montaient et puis flotter dans les embruns qui voletaient. Kim et Swan la rejoignirent et se postèrent de chaque coté de Jo, Kim la prenant par le bras.

- Merci ma chérie de nous faire profiter de cette invitation, c'est magnifique. Quelle vie, quelle force dans les toiles, je suis bouleversée. Tu as vu le "Lever de lune"'?

- Non, pas encore, je commence par celle-ci. C'est comme chez Mami Li, la mer qui plonge dans le ciel

- Ou le ciel qui s'endort dans la mer

- Le travail des bleus est magique, on verrait presque les vagues aller et venir

- Elle est vraiment fabuleuse cette Miss Niva. Quel art !

C'était Madame Emma que Jo n'avait pas vue venir. Après avoir fait les présentations, Kim remercia chaleureusement Madame Emma de les avoir invitées

- Ce n'est rien, quand votre fille est venue me rendre visite, elle a remarqué le tableau qui se trouve dans mon bureau. Une fleur, toute simple. Et Jo a été comme happée par la force de la toile.

- Oui, une fleur toute simple, mais quand même, tu sais Mman, elle te boit, c'est une fleur qui t'absorbe totalement

- Oui, mais Jo est particulièrement sensible. Il y a beaucoup de jeunes femmes qui entrent dans mon bureau et qui ne voient même pas le tableau.

- Jo est comme un miroir, ou un révélateur, osa Swan

- Je suis simplement à l'écoute de mes émotions, je me laisse porter par le tableau, sans même le comprendre au sens rationnel. Je ne sais pas pourquoi je suis fascinée, mais je sais que l'effet est profond. Tu sais, Mman, dans le bureau de la directrice de l'uni, il y a un immense tableau qui s'appelle le Marché Rouge. Et bien chaque fois que je le vois, il me parle ! Il est différent, il donne un message autre ! Et pourtant, c'est toujours le même tableau !

- Oui, c'est parce que toi tu es différente à chaque fois, et le tableau reflète ton humeur, ou ton attente, c'est le tableau qui est ton miroir, et non l'inverse. Tu vois ce que tu as envie de voir.

Jo pensa à la fameuse fois ou elle avait eu l'impression qu'un des personnages du tableau lui avait fait un clin d'œil. Elle sourit.

- Et comment s'appelle ce paysage de mer qui vit?

Jo regarda sur sa liste, numéro 9, c'est "La mer en ciel".

Elles continuèrent parmi les salades et les tomates.

- Madame Emma, vous savez si Miss Niva viendra aujourd'hui?

- Mademoiselle Jo, c'est possible, mais pas certain.

- Nous avons déjà la chance de voir les toiles, c'est formidable

- Les créations se voient mais la créatrice se cache

- En observant les créations, comme vous dites, on peut se faire une belle idée de la personnalité de la créatrice

- Je dirais qu'elle doit aimer

- Aimer quoi?

- Aimer rien, aimer tout, aimer tout court. Pour peindre de telles toiles, il faut avoir une dose d'amour très grande, car elle en met tant dans ses créations !

- Oui, elle doit aimer, et aussi être aimée. On ne peut pas donner si on n'a pas reçu, si on ne reçoit pas. Elle doit être aimée continuellement et aimer en retour

- Ou inversement. Elle aime, donc elle est aimée

- C'est la poule ou l'œuf, qui commence?

- Au moins nous sommes d'accord de dire qu'elle baigne dans l'amour, cela va à nous toutes?

- Oui Swan, très bonne diplomate, comme d'habitude.

 

 

07:24 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.