21/01/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 6Diapositive1.jpg

Amitié

 

Au matin, Jo se réveilla sur son canapé, Adam à coté d'elle. Dès qu'elle fit quelques mouvements, il se réveilla aussi. Georges dormait dans un fauteuil, et Zac n'était pas là.

- Bonjour Jo

- Bonjour Adam

- Tu as bien dormi?

- Comme un trou noir, je ne me souviens pas. Et toi?

- J'ai bien dormi, en fait je n'ai pas dormi beaucoup, je ne pouvais pas, avec toi à côté de moi

- Je suis désolée

- Oh non, au contraire, tu sais, à part Zac, je ne vois jamais personne. Enfin, je veux dire, je ne côtoie jamais personne. J'ai les livres que Zac me lit, et les personnages sont mes amis, mais avoir une amie en vrai, ici, c'est exceptionnel

- Merci, je suis touchée

- Tu souris? Il me semble que tu souris. Adam avait porté ses doigts sur le visage de Jo et ils faisaient le tour de la bouche pour suivre le contour d'un sourire.

Zac était entré dans la pièce

- Bonjour les enfants, vous avez bien dormi?

- Les enfants? reprit Jo, nous ne sommes pas des enfants

- Mais vous resterez nos enfants même quand nous aurons 100 ans et vous 80. Qui veut du thé, du café?

- Moi je prendrai bien un café avec du lait si c'est possible

Georges s'était animé et avait pris place à la cuisine, faisant signe à Zac qu'il s'occupait du petit déjeuner. Il ouvrait et fermait les placards en faisant du bruit.

Zac regardait par la fenêtre quand il vit la limousine noire

- Dis Georges, c'est à Kim cette limousine noire? Je ne savais pas qu'elle avait ce genre de voiture, c'est depuis qu'elle occupe des fonctions au Ministère de la Justice?

Georges se pencha et hocha la tête.

- Non ce n'est pas la voiture de Mame Kim, la sienne est celle qui est juste là plus loin, je ne sais pas à qui elle est cette voiture. Mais il me semble que ce n'est pas la première fois que je la vois

- Ah bon ? Et alors ?

- Elle nous suit peut-être...

- Et quand bien même, elle est trop visible pour faire une filature. Ce doit être une visite à l'un de nos voisins...

Le petit déjeuner fut délicieux. Personne ne parlait de la veille, chacun faisait comme si c'était tout à fait normal de se trouver la, tous ensemble. Quand Jo eut fini son café et ses tartines, Zac lui demanda ce quelle comptait faire. C'était dimanche, et elle ne voulait rien faire.

- Ok, j'appelle Kim pour lui dire que tu restes avec nous pour la journée, mais ce soir, tu rentres à la maison, ça te va?

Jo était réticente mais elle finit par accepter le compromis. Zac appela Kim et la rassura

- J'ai vu une jeune fille arriver avec une chaussure à la main. Tu traites ta fille, pardon, ma nièce, comment, tu n'as pas les moyens de lui offrir deux chaussures? Tu veux rejouer le conte de Cendrillon et tu cherches le prince charmant? Mais tu sais bien que dans notre société, les princes n'existent plus ils sont devenus des crapauds...

Zac raccrocha après avoir embrassé sa sœur au téléphone. Pendant des années ils ne s'étaient pas parlé, et là, grâce a Jo, la conversation avait eu lieu comme si la dernière fois qu'ils s'étaient parlé remontait à hier. Le temps est ses segments... Zac laissa les deux jeunes en pleine discussion, autour du deuxième café. Il avait libéré Georges qui était rentré chez lui. Il se dirigea vers sa chambre, se coucha et laissa voyager son imagination.

 

 

07:15 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.