27/01/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 6Diapositive1.jpg

Amitié

 

Jo et Adam discutaient depuis un bon moment. Zac était allé se coucher, Georges était parti chez lui avec la mission de revenir chercher Jo vers 18 heures. Quand un silence prit la place du troisième membre de la discussion, Adam tendit le bras et toucha Jo maladroitement. Il l'avait attrapée au-dessus du coude. Il descendit sa main en la faisant glisser jusqu'au poignet de Jo, qui restait immobile, regardant cette main suivre son bras comme un petit animal indépendant et doux. Quand son poignet fut emprisonné dans les doigts d'Adam, Jo lui demanda ce qu'il faisait de ses journées. S'il ne sortait pas, s'il ne pouvait pas lire, pas regarder la télévision, pas voir des gens, pas discuter avec des amis - Ce qui semblait impensable et insupportable à Jo, s'il n'avait personne à voir ni rien à faire, comment faisait-il pour ne pas devenir...

- Fou? termina Adam

- Oui, fou. Vivre en réclusion, sans personne

- Je ne suis pas en réclusion, il y a Zac. Zac est comme mon père, en fait non, il est mon père. Il sait tout, il fait tout pour moi. Je suis en sécurité ici, avec Zac. Il me donne la connaissance, il me lit des livres, il me fait écouter de la musique. De la musique classique, avec des instruments à vent qui volent dans l'espace. Attends, je vais mettre un morceau. Et Adam se leva doucement, se tint au dossier de la chaise, commit deux pas en direction d'un meuble bas logé contre le mur, tâtonna un moment pour atteindre la platine, glissa son doigt d'un bouton à l'autre jusqu'à ce qu'il appuie sur une touche. Un instant après un air tranquille et lent imbiba la pièce de notes légères et profondes. Adam refit les deux pas vers la chaise et se rassit.

- Tu aimes?

- Oui, enfin, je ne sais pas, ce n'est pas deux secondes de musique qui peuvent te faire aimer il faut apprendre, apprivoiser, écouter, encore et encore pour finalement arriver à saisir le suc, l'essence de l'émotion. Enfin, c'est ce que je crois

Adam faisait la moue

- Mais oui Adam, j'aime ta musique

Adam sourit

- Merci, car moi je l'adore. C'est un fleuve qui coule, c'est un ciel qui s'élance, c'est un frisson de printemps, c'est la nuit qui tombe...

- Dis, Adam, comment fais-tu pour être si a l'aise avec les obstacles, je te regarde marcher comme si tu voyais parfaitement

- Jo, cela fait vingt ans que je parcoure ces quelques mètres plusieurs fois par jour. Mon univers se limite à cet espace. Il y a ici, le salon cuisine, ma chambre, la chambre de Zac, la salle de bain, le balcon et l'atelier. C'est tout, et c'est peu pour un seul être

- L'atelier? Vous avez un atelier?

- Oui Jo, c'est l'atelier où nous peignons

- Peignons? Tu peins? Mais tu es aveugle !

 

 

07:15 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.