03/02/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 6Diapositive1.jpg

Amitié

 

- Maintenant, j'ai besoin de toi. Tu dois me montrer où est le bord du champ. Tu vas prendre ma main et lui faire faire le tour, d'accord?

Jo hésitait, mais finit par prendre la main droite d'Adam et tint son index sur la toile, en faisant suivre la limite du champ à la main d'Adam. De sa main gauche, il appuyait de toute sa paume sur la toile, comme pour en mesurer les reliefs. Finalement, il posa ses deux mains proches l'une de l'autre, à droite du champ, vers la droite du panneau central et demanda à Jo de lui passer le pinceau et la palette. Il installa les couleurs sur sa main gauche, et demanda encore à Jo de lui tendre un gobelet d'eau qui devait aussi se trouver sur l'étagère. Adam trempa son pinceau dans l'eau, puis dans la couleur et commença à peindre.

- Tu vois Jo, je vais peindre un coquelicot, un coquelicot unique, dans un champ de coquelicot. Ce coquelicot aura la chance d'être le tien et chaque fois que tu verras cette toile tu verras cette fleur qui est la tienne. Je ne peux pas t'offrir un vrai bouquet, je n'ai pas de fleurs mais sur mon tableau, tu seras la reine de toutes les fleurs, avec ta longue tige verte, couverte de minuscules poils, ta corolle légère qui se courbe au vent, tes graines noires au sein de ta robe rouge, rouge coquelicot. Ce coquelicot sera notre secret.

Adam reprit un tube dans la boite, écrasa un peu de matière sur sa palette, changea de pinceau, trempa et reprit et Jo restait immobile, aux ordres, lui tendant le gobelet d'eau, le regardant se concentrer sur sa toile. Il gardait toujours la main gauche au même niveau, et quand il devait l'utiliser pour ouvrir un tube par exemple, il demandait à Jo de la remettre exactement au même endroit. Elle devait aussi lui reposer le pinceau là où il le demandait, ce qui était très difficile. Au bout d'un long moment, elle finit par soupirer. Et Adam s'arrêta net

- Oh excuse-moi Jo, je n'ai pas la notion du temps, et j'ai presque oublié que tu n'étais pas Zac.

Adam posa tout son matériel sur l'étagère et se tourna vers Jo. Il lui prit la main et lui demanda

- Alors tu l'aimes ton coquelicot? Il est unique, dans un champ de soleil, au centre de la vie. Il est comme toi, fin et léger, Jo, tu m'as tant manqué...

 

 

07:15 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.