22/02/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 7Diapositive1.jpg

Amour

Jo monta les deux étages tout doucement, presque si elle comptait les marches. Premier palier, deuxième palier, appartement 100. Le premier. L'appartement de Zac se trouvait sur la rue A, au niveau de l'embranchement M. et comme l'appartement était à l'angle de la rue horizontale A et de la verticale M, il était localisé en A. Immeuble de la zone, AMA, au deuxième étage, appartement 100. Adresse de Zac: 2100 zone AMA. Et Adam. Adam venait de la même rue, la rue horizontale A, qui donnait naissance à la transversale D, donc avant la rue M. Sur la rue A. Donc au tout début de la zone, presque à l'entrée, Qui avait pu déposer un bébé, vingt ans auparavant, au bord d'une rue? Quelle femme aurait osé livrer son bébé à l'inconnu? Adam avait eu beaucoup de chance d'être recueilli par Zac. Il aurait pu tomber chez quelqu'un d'autre, chez un horrible personnage, Un tortionnaire, un barbe-bleue, Jo frémit. Trouver un bébé au croisement ADA, et décider de le garder, envers et contre tous et toutes les règles et lois de la cité. Zac avait été très courageux. Mais son courage n'avait pas été d'enfreindre les lois, son courage avait été de s'engager pour toujours, toujours, sans jamais avoir la possibilité de changer d'avis, Zac avait décidé de recueillir ce bébé et il savait qu'il ne pourrait jamais plus revenir en arrière, renoncer. Il prenait Adam pour sa vie, à lui Zac, et à lui Adam. Un engagement unique. Et que ce serait-il passé si Adam et Zac ne s'étaient pas entendus? Zac n'aurait pas pu le ramener, et à qui? Jo imaginait Zac marchant le long de la rue et trouvant un panier avec un bébé. Zac décidait de le ramener chez lui. En une seconde la décision de sa vie est prise et l'enchaîne pour toujours. Jo arrivait au deuxième palier. Elle se dirigea vers la porte 100 et sonna. Rien ne bougea. Zac n'est pas là pensa-t-elle. Et Adam ne va pas se faire remarquer en disant « qui est là? » Jo essaya une deuxième fois, puis une troisième, elle souriait en pensant que Georges n'aurait pas pu dormir longtemps et qu'elle allait repartir très vite quand la porte s'ouvrit.

 

 

07:15 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.