07/03/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 7Diapositive1.jpg

Amour

- C'est ce que Zac m'a expliqué hier soir, que les hommes travaillent dans les champs de coton, et dans les usines, et dans les centrales aussi

- Oui, les hommes travaillent. Et nous aussi. Tu crois que les femmes ne travaillent pas? Tu crois que je fais quoi tous les jours au Ministère, et tous les soirs où j'ai des séances de comité, tu crois que je ne travaille pas? Tu crois que je ne suis pas aussi fatiguée? Tu crois que je m'amuse?

- Non, Mman, mais tu as le choix de changer ton travail, tu as le choix d'arrêter et de faire autre chose. C'est la différence fondamentale. Eux, les hommes, ils n'auront jamais la chance de pouvoir dire stop, j'arrête, je fais autre chose, je change de Ministère, ou bien je réduis mes heures de travail. Eux sont obligés de faire ce qu'ils doivent faire

- Mais moi aussi, nous aussi nous sommes obligées, nous avons signé des contrats qui nous lient, on n'est pas libre, Jo regarde les choses telles quelles sont. Si tu veux avoir une maison comme la nôtre, une vie agréable, un loft à la mer, un chauffeur et une voiture, on doit avoir de l'argent, et cet argent nous enchaîne. Et nous libère. C'est le paradoxe. Il nous oblige et nous délivre. Jo, je ne veux plus que tu ailles dans la zone, au moins jusqu'à la rentrée. Zac est formidable, je n'en doute pas, mais il faut que tu le laisses tranquille. Il va continuer de peindre et toi, tu vas passer tes examens. Ensuite, je te propose d'aller au loft passer quelques semaines loin des bruits d'ici.

- D'accord, je ne vais plus dans la zone, je vais me concentrer sur mes examens et ensuite j'irai au bord de la mer.

Jo se sentait très fatiguée, mais elle avait trouvé la solution, elle irait au bord de la mer, elle irait dès le lendemain des examens, elle irait, elle adorait la mer. Mais surtout, elle irait et prendrait Adam avec elle. Et ils seraient ensemble tout le temps. Elle sourit

 

 

07:15 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.