18/03/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8

EXISTENCEDiapositive1.jpg

 

Dimanche matin, Jo se réveilla dans le soleil et le sourire de son tableau. Elle se leva très vite, prit une douche rapide, glissa son corps bronzé dans une robe en lin bleu ciel, confortable comme une grande chemise, enfila des sandales et prépara la table du petit déjeuner dehors. Georges était là, fringant comme un sou neuf, s'affairant en regardant sa montre tous les instants. Il attendait que Kim et Swan arrivent, il avait hâte de partir. Le dimanche était son jour préféré, tout au moins quand Kim allait chez Mami Li. Les rares fois où elle avait du renoncer à la visite dominicale à saman, Georges avait souffert et chaque minute qui ne passait pas était un enfer. Par chance, cela n'arrivait pas souvent. La dernière fois, Kim n'ayant pas eu besoin de lui, il avait même fait le trajet jusqu'au village de Mami Li, sans oser aller la voir. Comment aurait-il pu expliquer qu'il venait sans Kim? Georges sifflotait. Jo était ravissante, il se permit de le lui dire. Elle était comme sa fille, il la connaissait depuis sa naissance, l'avait conduite, transportée, accompagnée à peu près partout, il l'avait entendue, même s'il ne devait pas l'écouter, il savait ses secrets et le dernier en date: Adam. Avec Zac, il était le seul à connaître l'existence du jeune homme. Jo avait trois hommes dans sa vie, trois hommes qui l'entouraient d'un secret, d'un amour... ce mot dans sa tête fit sursauter Georges. Les hommes ne devaient pas aimer les femmes, ils pouvaient les servir, sans plus. Il renversa la tasse de café qu'il tenait

- Alors, Georges, on ne regarde plus ce qu'on fait?

- Excusez-moi Jo, je pensais à autre chose

- Oui je sais Georges, à Mami Li...

- Miss Jo, je vous en prie !

- Georges, je sais bien que vous l'adorez, Mami Li est tellement super. C'est une mère, dans le sens de celle qui protège, celle qui aime, celle qui est toujours la. Moi aussi je me réjouis de lui rendre visite. Chaque semaine. Sauf quand je suis au loft, c'est vrai, mais on se parle toujours par téléphone au moins

- Oui Mami Li est une femme exceptionnelle. Et c'est vrai ce que vous dites, c'est notre mère à tous, enfin, si j'ose.

 

 

07:05 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.