29/03/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8

EXISTENCEDiapositive1.jpg

 

Mami Li les attendait assise sur sa terrasse surplombant la mer. Elle avait un peu taillé dans la végétation qui devenait envahissante, mais seulement un peu. Georges souriait aux anges. Mami Li avait déjà dressé le couvert et, avait-elle sussuré à Georges, étant donné qu'elle n'avait que Jo à table, ce à quoi Jo avait réagi fortement en disant que le "que" était charmant et qu'elle pouvait repartir illico, comme Mami Li n'avait "que" Jo à table, Georges était invité à se joindre à elles. Georges avait refusé, naturellement, une fois, deux fois et trois fois. Il était rouge comme une tomate de jardin et finalement, le sourire étalé sur son visage, avait accepté et s'était assis. Pour aussitôt se relever et aller à la cuisine préparer le déjeuner. Mais Mami Li avait déjà préparé un plat de tomates mozzarella, couvert de feuilles de basilic de son jardin. Au frais se trouvait une bouteille d'un blanc léger que Georges déboucha en chantonnant. Il porta le plateau sur la terrasse, et, avec un air de ne pas y toucher, posa ses fesses sur une chaise, à coté de Jo et de Mami Li.

- Tu sais Mami Li, être trois à table, c'est super, personne n'est seul

- Trois est le nombre premier qui suit l'unique.

- Et deux alors?

- Deux, ce n'est qu'un passage. On ne doit jamais rester à deux, c'est une erreur. C'est une tension entre deux extrêmes, c'est soit l'un est le reflet de l'autre, soit c'est son contraire. Dans le premier cas, le double de soi devient insupportable et dans le second, le lien se tend et se distend jusqu'à la rupture.

- Curieux, je n'y avais jamais réfléchi

- Encore une chance, jo. Si tu avais réfléchi autant qu'une femme qui est ta grand-man, ce serait dramatique. Chaque âge a ses ambitions, et j'espère bien que la tienne n'est pas d'être... comment dirais-je... sage?

Jo éclata de rire

- Non, Mami Li je te promets que je ne suis pas sage

- C'est bien, c'est de ton âge. Si tu n'es pas sage maintenant, quand pourras-tu l'être? Mais pas de folies quand même

- Mami Li, il faut savoir, être sage ou pas !

- C'est toute la question. Mais tu peux ne pas être sage tout en ne faisant pas de folies. Il y a une nuance, tu vois ce que je veux dire?

- Pas vraiment, mais c'est certainement parce que je n'ai pas encore atteint ton niveau de sagesse

- De grand âge, tu veux dire

Et Mami Li sourit et se pencha vers Jo pour lui faire un bisou sur la joue

- Alors, ma chérie, quelles sont les nouvelles? Tu commences tes examens demain, c'est juste?

- Oui

- Et tu es prête?

- Oui, autant que je peux. Mais j'avoue que je ne suis pas très motivée

- Ah bon et pourquoi? Tu es brillante, et tu aimes étudier, alors je ne vois pas en quoi tu pourrais être démotivée

- Il y a plusieurs choses Mami Li.

- Ah, c'est Nam, je vois

- Non Mami Li, ce n'est pas Nam, tu ne vois rien du tout

- Merci, alors c'est quoi qui te tracasse

Jo restait silencieuse. Elle ne savait pas très bien si elle pouvait raconter à Mami Li ce qu'elle vivait, ou tout au moins avait vécu, avec Adam.

- Tu te souviens jo, il n'y a pas si longtemps, tu étais assise sur cette terrasse, et nous parlions d'un mot terrible, d'un mot qui donne des devoirs, un mot très lourd à porter, un mot magique qui créée des liens indéfectibles, tu te souviens?

- Oui, Mami Li, le mot... secret?

- Oui, tu te rappelles. Je peux t'aider à le porter aussi, ton secret. Il nous lie, il nous lierait si tu me le confiais, certes, mais il te serait plus léger, car nous serions deux à le supporter.

- Trois en fait !

- Ah bon, quelqu'un d'autre le sait déjà? Et tu sembles avoir tant de peine à le dire

- Mami Li, c'est une chose de dire, d'expliquer avec des mots, de mettre des phrases et de décrire au plus juste une réalité, que d'être le témoin, d'assister à un événement qui fait qu'on est porteur du secret, sans que des mots aient été échangés.

- Jo, je ne te suis pas, excuse-moi, c'est aussi l'avatar du grand âge, on est plus lent. Ou l'avatar du spritz. D'ailleurs, Georges, vous pouvez aller me faire un drink s'il vous plait?

Georges se leva promptement et se dirigea vers la cuisine. Il avait compris le message, il allait y rester.

 

 

07:05 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.