30/03/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8

Diapositive1.jpgEXISTENCE

 

- Alors, ma chérie? C'est un souci avec l'école, avec Nam, avec Kim, avec....

Jo pensa qu'elle avait des soucis avec l'école, avec Nam et avec Kim. En plus de sa relation avec Adam. Elle ne trouvait même pas le mot qu'elle pourrait utiliser pour décrire ce qu'elle vivait avec lui. Une relation? Cela faisait froid et distant. Un problème? Adam était un problème du point de vue de la société, mais pas de son point de vue à elle. Adam était... son amant? Adam amant. Jo sourit, penser d'amour et y associer un homme relevait de l'hérésie. Et au même titre qu'elle n'avait pas voulu y mêler Kim, elle décida de ne pas en parler à Mami Li. Si elle connaissait l'existence d'Adam, ce serait à elle d'en parler en premier.

- En fait, Mami Li, il y a plusieurs choses, comme tu l'as dit. Il y a les examens qui me stressent, Nam, qui veut me faire porter le fardeau de son mal être, et je n'en veux pas, il y a Kim, tu sais, elle s'inquiète. Et puis, il y a... Zac

- Zac? Il te pose des problèmes? C'est le plus charmant des hommes, et je suis objective, ce n'est pas parce que c'est mon fils

Jo sourit encore

- Oui Mami Li, tu es objective. Zac et un homme charmant, formidable. Tu sais bien sur que c'est un fantôme?

- Oui naturellement, ce qu'il peint est magnifique. J'ai quelques toiles de lui ici, j'aime vraiment beaucoup, c'est un voyage auquel il nous invite chaque fois. Comment sais-tu que Zac est un fantôme, il te la dit?

- Oui, non en fait, j'ai réalisé quand j'ai vu mon tableau, enfin, le tableau de moi que Mman m'a offert pour mon anniversaire. J'ai compris que c'était lui, bien que signé par Miss Niva. Mais c'est une longue histoire.

- Raconte, ma chérie, nous avons tut le temps !

Et Jo raconta dans le détail ou certains détails la visite à l'expo, la surprise devant ce tableau et le bonheur de le trouver sur sa table de chevet la veille.

- Un tableau de toi, je suis curieuse de le voir. Surtout qu'il ne t'a pas vue longtemps, c'est vraiment fort de pouvoir de mémoire peindre le visage d'une personne rencontrée une seule fois. Jo pensa à Adam, et à son talent. Adam, amant, talent. Jo adorait les mots, ils se rangeaient comme des crayons de couleur les uns auprès des autres. Ou des tubes de peinture...

 

 

07:05 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.