11/04/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8

EXISTENCEDiapositive1.jpg

 

Kim avait une séance de comite avec les femmes du groupe tokeniste. Toutes étaient ravies et stressées par les vacances qui commençaient. Surtout celles qui avaient des filles encore jeunes à la maison. Il y avait les départs dans les camps d'été, il y avait les départs pour les résidences au bord de la mer ou à la montagne, il y avait les arrivées de la famille qui venaient passer une ou deux semaines à la maison, ce qui n'était jamais simple en terme d'organisation et de vie en communauté. Revivre avec sa mère qu'on a quittée il y a des années est une expérience parfois pénible. On se chamaille tout le temps pour des babioles. Kim pensa qu'elle avait de la chance que Mami Li ne vienne pas passer l'été chez elle. Et immédiatement Kim s'en voulut pour cette réflexion. Mami Li était toujours la bienvenue. Elle était facile à vivre et restait dans sa sphère d'invitée, sans se mêler de tout. Kim pensa qu'elle n'avait rien organisé de spécial, seule Jo avait demandé la permission d'aller au loft pendant l'été, ce qui n'avait rien de surprenant, si ce n'est que personne d'autre n'avait le droit d'y aller en même temps. Kim pensa que Jo allait s'ennuyer à mourir, sans Nam. Ou bien au contraire, Jo avait besoin d'un peu de solitude pour réfléchir à sa vie et à l'avenir. Ou encore, Jo avait rencontré une jeune femme au bord de la mer et comptait la retrouver, sans Nam. Kim sourit. C'était certainement cette option. Jo avait remplacé Nam mais ne voulait encore rien dire, c'était trop tôt. Jo avait dit qu'elle reviendrait pour son anniversaire. Kim décida d'inviter Mami Li à passer quelques semaines à la maison et ainsi fêter les vingt ans de Jo ensemble. Elle en parlerait à Swan, qui certainement accepterait. Jo loin, cela ferait un vide dans la maison. Même si Jo ne partait que quelques mois, c'était une répétition de ce qui adviendrait plus tard, c'est à dire lorsque Jo partirait vraiment. Toutes les mères savent que leur fille doit partir un jour, mais le jour où elle part, la mère souffre. Kim pensa qu'une mère accouche deux fois son enfant. D'abord lorsqu'elle lui donne vie physiquement, dans la douleur de son corps, bien que masquée par les médicaments, et ensuite la mère donne naissance à l'adulte, lorsque la jeune fille quitte le nid et la maison pour partir vivre sa vie. Cette deuxième naissance était plus une douleur morale, ou sociale que l'autre, mais restait une étape difficile à franchir. Il faut faire le deuil du bébé à naître, puis faire le deuil de la fille qui, de membre de la famille, devient une autre femme, ailleurs. Encore une douleur que Swan ne connaîtrait jamais. Kim se coucha tard, le lendemain était congé et elle pouvait dormir sans se réveiller à une heure obligée.

 

 

07:02 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.