04/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

Jo était assise sur le sofa de la terrasse. Elle regardait le jour mourir sur la mer, les tons de violet se muer en rose rouge, le bleu sombre ciselé de blanc s'enfoncer lentement dans les flaques pourpre du soleil qui se mirait en triangle. Elle sentait contre son dos la chaleur d'Adam. Elle sentait contre sa nuque l'haleine d'Adam, elle sentait contre son ventre les mains d'Adam. Elle lui racontait les couleurs du ciel et de la mer, le soleil qui partait et cette lumière magique qui prend vie entre le jour et la nuit, le crépuscule du jour ou l'aube de la nuit. Cet entre-temps qui donnait un reflet lumineux à l'air alentour. Peu à peu, les étoiles s'allumèrent, et Jo décrivait à Adam dans quelle partie du ciel elle voyait les plus brillantes. La rouge étincelante, Venus lui dit-il, qui leur faisait face. Jo était bien, le silence bientôt remplaça ses descriptions. Adam caressait son ventre et Jo posa ses mains sur les siennes.

 

 

Quand il fut totalement nuit et que la seule différence entre le ciel et la mer se trouvait dans les points lumineux des étoiles, Jo fit mine de rentrer

 

- Il fait nuit, on va se coucher

 

- Attends Jo, on est bien ici, tu n'es pas bien?

 

- Je suis très bien dans tes bras, mais il est tard et demain c'est le grand jour

 

- Jo, j'ai peur de ce grand jour. Je ne suis pas certain de vouloir venir

 

- Adam, on en a parlé plusieurs fois. Tu vas venir, tu dois venir. C'est mon anniversaire

 

- Dès qu'il sera minuit ce sera le premier août, et je vais te fêter, te célébrer... mais, mais demain, je ne sais pas

 

- Tu ne voulais pas non plus venir ici, et est-ce que tu regrettes?

 

- Oui, totalement

 

- Oh, quel affreux tu fais !

 

- Mais non, je suis très bien ici. En fait, je suis très bien avec toi. Zac me manque, c'est vrai, mais comme on peut se parler par téléphone, ça va. Quoi que ce n'est pas pareil de se parler et de se voir, je veux dire d'être ensemble. Mais ta présence fait que l'absence de Zac ne me pèse pas trop

 

- Tu vois, demain, tu vas revoir Zac, parce que lui, il vient, c'est sûr

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.