20/09/2011

Curabilis humanum est

Mario (nom d'emprunt) est fatigué. Il se sent vieux à la tête de sa cellule maffieuse. Il se demande ce que son avenir lui réserve. Il ne sait plus combien ni comment il a tué des dizaines de personnes, ces images lui donnent mal à la tête. Il doit trouver une retraite, il veut rendre son flingue et laisser sa place.  Il se penche sur les papiers que lui ont donnés ses lieutenants: une île perdue au milieu du Pacifique ? Non , il va se sentir trop seul. Un palace au Colorado ? Non, il hait les americains. Une clinique en Suisse ? Pas mal, une clinique, pour y rester la fin de sa vie. Il écarte les autres documents et lit: "Curabilis". "Il faut bien être suisse pour appeler une clinique Curabilis !". 175 personnes d'encadrements pour 92 pensionnaires, un budget annuel de 35 millions par an... Mario fait le calcul, environ 3 millions et demi dépensés pour sa pension chaque année. Sans que lui n'ait à débourser un centime, car c'est payé par les contribuables ! C'est mieux que l'île sur la mer. En plus, en Suisse, c'est le top de la sécurité, il ne pourra rien lui arriver.

Mario se redresse, regarde tour à tour ses lieutemants et demande: Quelle est la procédure pour rentrer à Curabilis, à Genève ? Il me semble que c'est le meilleur choix pour ma retraite et ma sécurité.

08:29 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Votre message est quelque peu ambigu. Faut-il comprendre que vous être contre curabilis? Que proposez-vous?

Écrit par : JF Mabut | 20/09/2011

Très bien vu. Merci Madame.

Écrit par : Ivan Skyvol | 20/09/2011

@JFM: je respecte le vote, je n'y étais pas... Mais si nos prisons sont des 5 étoiles, tous les humains de la planète vont rêver d'y venir. La privation de liberté, pour beaucoup, n'est pas la pire peine ! Et du point de vue de nos finances, une prison devrait couter moins cher que la moins chère de nos écoles.

Écrit par : Jill | 20/09/2011

je connais quelques uns de nos petits vieux qui, si on leur en laissait le choix, choisirait Curabilis en lieu et place de nos EMS pas vraiment 4 étoiles...

Écrit par : laurence W. | 20/09/2011

Curabilis est mort né, car un projet âgé de plus de dix ans n'est plus en phase avec les besoins, même s'il demeure d'actualité. C'est la vision globale de la détention carcérale qu'il aurait fallu revoir, avec comme mot clef la réinsertion. Mais tout comme dans la réorganisation de la police, on copie ce qui existe ailleurs, sans faire preuve d'un esprit visionnaire. L'Esprit de Genève est mort, Curabilis devrait y survivre, mais à quel coûts ?

Écrit par : Walter Schlechten | 20/09/2011

Les commentaires sont fermés.