06/09/2012

ADAM & REVE

Chapitre 1Diapositive1.jpg

Mariage blanc

Jo s'appuya contre le tronc d'un arbre, face à la campagne magnifique qui commençait à baigner dans un début de coucher de soleil. Septembre était un mois qu'elle adorait. Le climat était doux, les champs dorés, le soleil amical. Jo pensa à son anniversaire. "A la famille" avait entonné Mami Li, et ce cri de guerre avait été répété et répété toute la soirée. Comme pour le graver, ou bien l'exorciser. La famille. Kim et Swan sa femme, Jo la fille de Kim et Mami Li saman. En fait, toute la famille tournait autour de Kim. Quatre femmes, une famille. Mais il y avait aussi Zac, le frère de Kim, le fils de Mami Li. Il avait le même sang, les mêmes gènes, donc il faisait partie de la famille ! Il y avait Georges, le chauffeur, qui vivait avec Kim et Swan depuis vingt ans, chaque jour, chaque minute à leur service. Il faisait aussi partie de la famille. Et puis il y avait Adam, le fils de Zac. Jo se souvenait avec précision la discussion que Mami Li avait eue avec Zac et Kim au sujet d'Adam. Zac disait qu'Adam était son fils sans être son fils, car il n'était pas son fils biologique. Et Mami Li défendait de toutes ses forces, qui après deux ou trois spritz étaient très convaincantes, que Zac était le père d'Adam et qu'il n'avait pas d'autre père. Kim avait bien essayé de parler du lien biologique et des gènes en disant que le père est celui qui élève, c'est le père de la culture, alors que le père biologique était le père de la nature. Mami Li n'avait rien voulu savoir. Et la discussion avait fini sur les larmes, car Kim, avec sa logique implacable, avait transposé la question des hommes aux femmes, et si tout le monde était d'accord pour dire que la mère est celle qui élève, soudain Mami Li avait fondu en larmes en disant qu'elle n'était donc pas la mère de Zac et qu'elle se détestait. Zac avait essayé de la réconforter en lui disant qu'il avait vécu sept ans avec elle et qu'il savait bien qu'elle était sa mère, de nature et de culture, et que c'était bien parce que les lois de cette société étaient ce qu'elles étaient que Mami Li n'avait pas pu l'élever plus longtemps. Mami Li avait arrêté de pleurer et Georges lui avait apporté un autre spritz.

 

Les lumières pastel s'allongeaient sur les vignes qui s'étendaient à ses pieds. Ce domaine était splendide. Les grappes allaient être vendangées bientôt, elles ployaient sous le poids de leurs grains sombres et lourds. Les feuilles dentelées arboraient fièrement des couleurs de flamme, et les ceps, tordus et noirs, montraient toute la vigueur dont est capable la terre pour autant qu'elle ait un génie sachant pomper ses nectars. Le vin est l'union de la terre et du soleil dans la magie du cep, sec et aride.

- Adam, j'aimerais tant que tu soies avec moi. Regarde, le rose qui se fane là-bas, le fond du champ qui se cache dans l'ombre violette, le gris argenté du ciel qui se perce de quelques lumières d'étoiles. Adam, tu me manques déjà.

Les commentaires sont fermés.