22/08/2016

MA SYRIE

Devant les images terribles qui nous assaillent, au son des hurlements des bombes et de la haine, à genoux de par notre impuissance, je trouve qu'il est temps de rappeler le beau. De rappeler la gentillesse, la générosité, la singularité, la joie, la vie qui coulait, douce et simple, en Syrie. J'y suis allée la première fois en 1998, pour assister à un mariage à Alep. Depuis cette date et pendant 10 ans j'y ai voyagé. J'ai sillonné en tous sens ce merveilleux pays. J'ai rencontré des gens, comme ici et comme ailleurs, avec les mêmes envies, les mêmes rêves: manger, boire, dormir, envoyer les enfants à l'école, avoir un travail, cultiver trois légumes, ou des fleurs, avoir des amis, partager des moments de bonheur avec d'autres, marcher dans la rue, converser, célébrer.

Merci à la Banque Indosuez de m'avoir donné la chance à l'époque de partir dans cette contrée lointaine, le Levant, terre inconnue et intrigante, riche et pauvre, chaleureuse et inquiétante. Depuis, j'ai changé de banques et n'y travaille plus. Je suis libre de raconter, mais comme tout ancien banquier, je sais respecter la sphère privée de tout un chacun. Que mes amis syriens et libanais se rassurent, je changerai les noms, les lieux parfois aussi, les temporalités. Je prie aussi aux lecteurs connaisseurs de bien vouloir excuser les éventuelles inexactitudes qui vont certainement émailler mes souvenirs. 

Devant les bombes, devant la haine, devant la peur, je vais vous raconter Ma Syrie, celle qui a été ma vie pendant plus de 10 ans. Dans les traces de pas légers de Shéhérazade, je vais vous conter mille et une histoires de ce Moyen Orient fabuleux et envoutant... Vous venez ?

10:21 Publié dans Ma Syrie | Tags : syrie, voyage, culture | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

On se réjouit - le mot est malheureusement pas très opportun - de vous lire.

Écrit par : JF Mabut | 22/08/2016

Je suis syrienne d'origine, mais j'ai toujours repoussé le moment de connaître la terre de mes ancêtres. Alors oui je veux bien, qu'on me raconte, celle que je ne connaîtrai sans doute jamais autrement que ravagée et détruite.

Écrit par : Sonia ANGELIL | 22/08/2016

Sonia, j'écrirai chaque lundi matin... un rayon de soleil pour la semaine !

Écrit par : Jill | 22/08/2016

Merveilleux pays, merveilleux peuple, mais pour le reste, des centaines de milliers de syriens disparus dans les prisons des el assad et des rafales de mitraillettes dès que des manifestants se réunissent pacifiquement, faut aussi dire les choses !

Écrit par : Corto | 22/08/2016

Bonjour Jill
Éprouvant le même sentiment, Je me rejouis de te lire et reste dans l attente de cette "bulle de fraîcheur" sur ce joli pays et ces habitants.
Cordialement
Daniel (Indosuez)

Écrit par : Daniel P | 23/08/2016

N'est-il pas contre-productif d'étaler sa nostalgie ?

Surtout, que la Syrie était loin d'être un paradis, même si le peuple syrien arrivait à faire ce miracle ?

Je dis bien, "arrivait" !

Le chiffre de 1 million de victimes syriennes est parfois avoué, cela ne m'étonne pas.

Que faire ?

Continuer de soutenir le régime el assad ?

Espérer dans une relève noyautée ?

Partitionnement du pays entre les différentes communautés ?

Dans tous les cas, cesser de bombarder des civils innocents, des femmes, des enfants, c'est insupportable, répugnant !

En plus lorsque l'on habite à quelques centaines de mètres de l'ONU et de ces montagnes d'ONG grassement repues, ça donne des frissons !

Écrit par : Corto | 23/08/2016

Merci pour cette belle initiative qui attise ma curiosité
Au plaisir de vous lire chaque lundi !

Écrit par : Kolosinski | 24/08/2016

Connaître la Syrie parce qu'on y a fait du business avec des personnes qui avaient suffisamment d'agent pour le placer en Suisse ne fait pas de vous une spécialiste de la Syrie. Il y a une grande différence entre le syrien de base et le HNWI ou le UHNWI que vous avez rencontré.

Écrit par : Jean SACHI | 29/08/2016

Oui. Au même titre qu'ici je peux rencontrer un chef d'entreprise ou un employé. Lisez, vous saurez...

Écrit par : Jill | 29/08/2016

Les commentaires sont fermés.