24/01/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 6Diapositive1.jpg

Amitié

 

Kim se réveilla comme la lumière recouvre la terre, tout doucement. Elle se tourna sur le côté et regarda Swan qui dormait. Sa peau était si douce, le drap blanc recouvrait l'épaule, froissé, et la respiration de Swan faisait monter et descendre la minuscule montagne blanche de son corps. Kim se rapprocha de la nuque de Swan, et, fermant les yeux, inspira profondément le parfum qui glissait des cheveux épars. Tous les soirs, avant de se coucher, Swan déposait une goutte d'élixir d'amande sur sa nuque et ses poignets. Kim pensa à une louve, tiède, rebelle et rassurante. Kim glissa ses doigts entre le drap et la peau de l'épaule, la chair frémit légèrement. Le désir gonflait, le soleil entrait dans la chambre. C'était dimanche. C'était un jour où la routine de la semaine ne s'imposait pas, c'était... Jo. « Jo n'est pas là ». Kim sentit tout son corps se crisper. Sa fille, son bébé d'amour, Jo, était partie, avait dormi ailleurs, dans la zone en plus, chez les hommes! Kim sentait l'angoisse la serrer à la gorge. Elle s'assit au bord du lit, regarda encore une fois Swan avec regret et se leva. Elle enfila un peignoir en soie et passa par la salle de bain avant de descendre à la cuisine. En mettant la  machine à café en marche, son regard tomba sur une photo d'elles trois, Jo, Swan et Kim. Elles souriaient comme si de rien n'était, Swan légèrement plus petite que Kim et sa fille. C'était une belle journée. Et Kim pensa à la vie, à son ventre qu'elle avait prêté à cet être qui était Jo, qui avait grandi en elle, à qui elle avait parlé à travers sa peau, et, une fois née, qu'elle avait dorloté chaque jour, raconté des histoires, recueilli les premiers gazouillis, accompagné les premiers pas, adoré les premiers sourires. Chaque instant elle aurait pu mourir pour sa fille, s'inquiétait pour un rien, la couvrait de ses regards de mère, bienveillants et chaleureux. Et elle avait aussi nourri, nettoyé les pipis et les cacas, essuyé les vomis, attendu au chevet lors des grippes ou autres maladies d'enfant, renoncé à des dizaines, que dire, des centaines de soirées et d'activités qu'elle aurait aimé faire pour rester avec sa fille, pour lui faire répéter les devoirs, pour l'emmener à la danse, chez des copines, aux anniversaires, au théâtre, au ciné, faire du shopping... une vie de 20 années, Kim réfléchit au nombre de jours que cela représentait: 20 fois 365 donnait environ 7300 jours et autant de nuits. 7300 matins où la pensée se centrait sur Jo, 7300 soirs où le bisou du soir était donné à Jo, 52 dimanches fois 20, plus de 1000 dimanches où les choix de ce qu'on allait faire la journée étaient tributaires des envies de Jo. Jo, 20 ans de bonheur ensemble, et tout à coup, Jo ne rentrait pas. Ce bébé de chair et d'amour était avec des autres.... Kim sentait les larmes lui monter aux yeux. Elle pressa sur le bouton pour le café, et l'odeur délicieuse envahit la pièce.