02/09/2011

Corsier mon Amour

Ma commune, ma terre, mon horizon chaque matin au réveil. Tu es au coeur d'un drame sordide et petit que tu ne mérites pas, que tes citoyens ne méritent pas, que tes habitants ne méritent pas. Personne ne se retrouve dans cette guerre de tranchées, où des hommes veulent absolument prouver... prouver quoi ? Que leur manque d'élégance, que leurs bassesses, que leur goût du pouvoir sont détestables ? Corsier, je te plains. Corsier, je me réjouis de retrouver avec toi le plaisir de me promener dans le village, au bord de ton quai, dans tes vignes, en souriant à chaque personne que je croise. Corsier, je me réjouis de passer à la poste sans entendre des rumeurs et des médisances. Corsier, je me réjouis de savoir que mon fils peut tranquillement aller à sa soirée des pompiers avec les autres jeunes sans devoir prendre position. Corsier, je rêve d'un Conseil Municipal dans lequel nos élu-e-s peuvent débattre en paix. Corsier mon Amour, que les élections te sauvent !

Jill, votre candidate PLR au CN

17:39 Publié dans Humeur | Tags : corsier, politique | Lien permanent | Commentaires (5)

23/08/2011

Les Genevoises PLR à Berne

kick-off.jpg

Les Genevoises PLR se sont rendues à Berne, dimanche, pour le lancement de la campagne des femmes PLR. L'assemblée comptait des femmes, des enfants, et des hommes, comme quoi la question des femmes en politique intéresse tout le monde. Les Genevoises PLR, anciennement Les Radicales du canton de Genève, sont nées le 3 août, après la fusion du parti radical avec le parti libéral. L'association initiale a été constituée en 1956, par des femmes courageuses qui se sont battues pour le droit de vote. Depuis, les temps ont changé, les enjeux aussi. Les Genevoises PLR ont pour buts la promotion de la femme en politique et le partage des responsabilités entre genres et entre générations. L'association se veut un lieu de rencontre pour les femmes de droite qui se posent des questions mais ne sont pas encore certaines de leur engagement. Combien de femmes disent ne pas avoir le temps de s'occuper de politique, car, et c'est vrai, entre leurs deux carrières, professionnelle et familiale, il leur est difficile de glisser encore une autre activité.

Les Genevoises PLR sont là pour toutes les femmes actives, celles qui travaillent, que ce soit dans un bureau, comme indépendante ou à la maison, et/ou qui élèvent leurs enfants dans le respect des valeurs de responsabilité, liberté individuelle et solidarité. Et que ce soit dans des postes dirigeants ou en politique, le slogan des Genevoises PLR est "Yes Women can". Pour plus d'informations sur l'association, veuillez consulter le site: www.lesgenevoisesplr.ch

 

Jill, votre candidate PLR au Conseil National

22:54 Publié dans politique | Tags : politique, femmes, plr | Lien permanent | Commentaires (0)

13/07/2011

L'excès de mobilité: nouveau défi des Verts

Logements: les Verts renient les objectifs de Robert Cramer. JF Mabut souligne l'incohérence des Verts dans leur vision de développement de Genève. La promesse de construire 50'000 logements n'est pas tenue par les suivants de Cramer. Au-delà de la divergence interne, vouloir entraver, voire empêcher la construction de logements, pour 50'000 familles, c'est quoi ? Les Verts auraient-il perdu la tête ? Ils vont aussi s'opposer au projet de la traversée de la rade. Pas de logement et pas de voiture... Si les Verts veulent retourner à l'ère des cavernes et du feu, pas de problème, ils peuvent certainement créer un parc géant d'animation humaine préhistorique ! Dans leur réserve naturelle, "L'excès de mobilité" ne deviendrait pas "un gigantesque problème"!

Jill, votre candidate PLR au Conseil National

11/07/2011

Carnet de campagne: la Lake Parade

 

IMG_1011.JPGIMG_0998.JPGIMG_0995.JPGIMG_0996.JPG

Il ne faut pas croire qu'une candidate ordinaire pourrait s'ennuyer en campagne: il y a la Lake Parade. De ma longue vie à Genève, ville qui à mes yeux est la plus belle ville du monde, jamais au grand jamais je n'aurais cru devoir participer à la Lake Parade... D'abord, je déteste la foule. Ensuite, je ne supporte pas bien le bruit. Trop de bruit m'empêche de parler, "c'est l'âge", disent les enfants. Et la techno n'est pas vraiment la musique que j'écoute quand je mets la radio. Mais voilà, en compagnie d'une équipe de choc, dont des jeunes PLR et Hugues, nous avons marché fièrement devant le premier char. Mais marcher seul n'est pas drôle, nous avons distribué...

 

Les candidats PLR au Conseil National ont distribué des centaines de préservatifs festifs à toute la population. J'avoue que j'ai eu beaucoup de plaisir à "surprendre" des touristes, japonaises ou voilées, en leur distribuant le petit cadeau indispensable à toute "teuf" digne de ce nom. Pourquoi festif m'a demandé un internaute ? Pour que l'amour soit toujours une fête...

 

A l'année prochaine peut-être pour une nouvelle distribution.

Jill, votre candidate PLR au Conseil National

07/07/2011

Gominator à l'aéroport ?

Eric Stauffer va-t-il créer des emplois ? Si Gominator tient ses promesses électorales, il devrait virer tous les frontaliers qui travaillent à l'aéroport. Et donner les jobs aux genevois. Et de deux choses l'une: soit l'aéroport se met en berne, faute d'employés, soit il ne vire pas tous les frontaliers, et dans ce cas-là, ses promesses n'étaient vraiment qu'électorales... on se demande où se trouve sa légitimité.

Il est à l'aéroport.. parce qu'il "possède un brevet de pilote" ?... Encore une chance qu'on ne l'ait pas mis à la police au prétexte qu'il porte une arme ! Mais rassurons-non, il n'y a aucun risque qu'on le mette à l'université au motif qu'il est né avec un cerveau...

08:04 Publié dans Humeur | Tags : politique | Lien permanent | Commentaires (20)

30/06/2011

Le féminisme est mort, vive les féminismes

Féminisme est le dernier gros mot du vocabulaire touchant aux femmes. Le fast porno a dilué des termes incroyables dans le langage courant. Mais le féminisme, non, il fait toujours penser au "marteau des sorcières", bien que les balais ne volent plus depuis des lustres...

Une femme n'ose plus se dire féministe, l'homme lève les yeux au ciel et y implore la grâce de la Vierge Marie dès lors qu'il entend ce blasphème. Et pourquoi ? Parce que le mot lui-même est un gros cabas sombre qui ressemble à un sac poubelle: chacun y fourre tout ce qui lui déplaît dans la gente féminine. Les "Chiennes de Garde", le "MLF", les "Bourgeoises", les "mal-b..." j'en passe et des meilleures.

Moi je suis féministe, et je peux dire aussi, féminine. Car peut-on être femme, féminine et féministe ? Peut-on vouloir améliorer certaines choses que tout homme ne supporterait pas s'il était né femme... tout en aimant nos hommes ? Vous avez du lire deux fois ? Non, ce n'est pas un gag de blonde. Il faut clarifier. Je suis une femme féministe de droite. Là, c'est plus facile. Et où est la différence des autres ? Une femme féministe de droite, selon ma propre définition, est une femme qui n'est pas une victime, c'est une femme partenaire des hommes. Une femme partenaire dans le monde professionnel, familial, social et politique. Une femme qui est un homme comme les autres, sauf qu'elle est née femme. Alors, la prochaine fois que le mot féminisme est prononcé, n'oubliez pas de spécifier de quel féminisme on parle, car c'est comme le vin, la couleur de la robe change tout !

Jill, votre candidate PLR au CN

19/06/2011

Carnet de campagne d'une candidate au CN: la photo

La campagne, comme son nom ne l'indique pas, est une période. En fait de temps, il s'agit bien d'espace, et non de climat. Partir en campagne ne signifie pas aller trois jours chez grand-maman en Valais. Mais bien commencer la plus longue marche vers une date fatidique: celle des élections. Octobre semble loin, mais comme chaque année, octobre viendra bien assez tôt, et je ne le dis pas en raison des pluies diluviennes de ces derniers jours.


La campagne d'une candidate commence par l'idée. Il faut tout d'abord se faire à l'idée qu'on va rejoindre un groupe de personnes de grande qualité, ayant bien plus de connaissances politiques que soi, plus d'habitude politique, si habitude il peut y avoir. Une fois l'idée admise, il faut penser à son identité. Le nom de famille d'une femme, j'en ai déjà parlé. Sujet extrêmement délicat que j'ai sans doute abordé avec trop de franchise. Première erreur politique, je suppose.


La suite de la campagne est la photo. Une photo de soi est somme toute banale. Grâce à FB et autres téléphones caméras, on est en photo tout le temps dans toutes les postures imaginables. Oui, mais, dans une campagne politique, il y a deux photos. Une photo de pied et une photo de face. Deux photos, et c'est tout. C'est tout pour toute la campagne. Que le temps change, ce qui est fréquent en campagne, rien n'y fait, ce sera les mêmes deux photos. Et je n'ose parler du difficile choix pour nous, les femmes, entre nos différentes tenues: un costume foncé façon banquier ? une veste sur un jeans façon entrepreneure ? une robe avec collier de perles façon madame ? Les hommes avaient le choix entre deux ou trois cravates, mais moi, candidate lambda, me sens aussi bien dans le costume banquier que dans les jeans que dans la robe... J'ai choisi finalement, vous verrez, j'espère que vous apprécierez quand vous verrez. Deux photos! J'en tremble déjà et j'ai prévenu les enfants: "Ne vous inquiétez pas quand vous verrez ma tête sur les bus TPG, c'est la campagne qui commence à Genève".

Jill, votre candidate PLR au CN

02/06/2011

Femme de droite - Femme de gauche

Quand une amie - de droite - vous envoie un message pareil, votre candidate ne peut que vous le faire suivre, pour rire !

Quand une femme de droite n'aime pas  les armes, elle n'en achète pas.

Quand une femme de gauche  n'aime pas les armes, elle veut les faire interdire.
________________________________
Quand une femme de  droite est végétarienne, elle ne mange pas de viande.
Quand une femme de gauche est végétarienne, elle veut faire campagne contre les  produits  à base de protéines animales.
________________________________  
Quand une femme de droite est gay, elle vit sa vie tranquillement.
Quand une femme de gauche est gay, elle veut convaincre tout le monde pour qu'on la respecte.
________________________________
Quand une femme de droite a loupé un job, elle réfléchit au moyen de sortir de cette  situation et rebondir.
Quand une femme de gauche a loupé  un job, elle porte plainte pour discrimination.
________________________________
Quand une femme de droite n'aime pas un débat télévisé, elle éteint la télé ou  zappe.
Quand une femme de gauche n'aime pas un débat  télévisé, elle veut poursuivre en justice ceux qui ne partagent pas son avis. Le cas échéant,  une petite plainte pour diffamation  sera bienvenue.
________________________________
Quand une femme de droite est non-croyante, elle ne va pas à l'église, ni à la synagogue ou ni à la mosquée.
Quand une femme de gauche est  non-croyante, elle veut qu'aucune allusion à Dieu ou à une religion ne soit  faite dans la sphère publique, sauf pour l'Islam.
_______________________________
Quand une femme de droite a besoin de soins, elle va voir son médecin puis s'achète les  médicaments.
Quand une femme de gauche a besoin de  soins, elle fait appel à la solidarité nationale.
________________________________
Quand  l'économie va mal, la femme de droite se dit qu'il faut se retrousser les  manches et bosser plus.
Quand l'économie va mal, la femme de gauche se dit que ces sales patrons s'en mettent plein les  poches et ponctionnent le pays et que les employés sont des  victimes.
________________________________
Test ultime : 
Quand une femme de droite a lu  ce test,.... elle le fait suivre.
Quand une femme de gauche a lu ce test,     elle l'efface...

 

07:30 Publié dans politique | Tags : politique, femme, humour | Lien permanent | Commentaires (2)

01/06/2011

Nom de femme, nom de famille

Le PLR nouveau a nommé ses candidats: neuf. Neuf comme un parti neuf, neuf comme six plus trois, six hommes et trois femmes. Des ténors, connus, sortants comme Hugues ou Christian. Des visibles, comme Edouard ou Pierre. Des espoirs, comme Murat. Tous portent leur nom, depuis toujours... Et il y a des femmes, formidables, comme Nathalie, qui porte le nom de son ex, homme politique connu, ou Simone, qui elle porte une particule.


Et il y a Jill, une femme ordinaire, qui porte un nom magnifique, un nom originaire d'une région fameuse pour ses légendes et ses châteaux, la Transylvanie. Un peu à l'est du röstigraben, il est vrai. Székely, le nom hongrois de son mari né à Sierre, en Valais. Il y a plus de vingt ans, devant l'officier d'état-civil, Jill a du choisir. Et entre le nom de son père ou celui de son mari, elle a opté pour le nom de son mari, au moins, lui, elle l'avait choisi.


Et Jill est devenue officiellement candidate au Conseil National. Première question de taille: son identité, son nom. Magnifique, certes, mais qui reflète une histoire ancienne qui n'est pas la sienne. Alors, si le parti radical est devenu le parti libéral radical, la candidate ordinaire a pensé que Jill Székely pouvait devenir Jill Székely - Hedinger. Se marier avec son identité d'avant.


Quand il parlait de sa famille Hedinger, son père disait: "Je suis suisse depuis 700 ans". Son nom avait pour origine Kilchberg, dans le canton de Zurich, et, bien avant, quand les suisses avaient encore les bras noueux, s'enracinait dans ce petit village voisin: Hedingen.


Jill, candidate ordinaire, portera les valeurs de responsabilité, liberté individuelle et solidarité sous la bannière du PLR.


Au nom de Jill Székely - Hedinger, Jill portera deux histoires d'hommes, celle de son mari et celle de son père.

Voilà comment débute la nouvelle vie d'une candidate ordinaire, par la question du nom de femme, pardon, de famille.


Jill, votre candidate au Conseil National

08/09/2010

Infrarouge... des sourires et des hommes

L'émission Infrarouge du 8 septembre a comme thème la révision de l'assurance chômage. Thème ô combien complexe quand il s'agit de réduire des acquis sociaux pour préserver l'avenir de la société. Comme un bateau sur lequel il faut limiter le nombre de passagers sous peine, si on prend tout le monde à bord, de faire couler l'embarcation et de noyer tout le monde...

Toujours est-il qu'au delà de l'enjeu capital de notre assurance chômage, ce qui est choquant est l'attitude de la TSR face aux genres.

Dans l'organisation de l'émission sur la question de la révision de la loi sur le chômage, et plus particulièrement sur la question des jeunes, Infrarouge nous a montré deux reportages sur deux jeunes:

- un jeune homme, super actif, en trottinette, qui a un petit job, un patron sympa et qui est pour la loi

- une jeune femme, triste, montrant un gros classeur d'offres restées sans réponse positive, qui n'a pas de job, qui plus est, se promène avec maman et une poussette et qui est contre la loi.

Dans l'assemblée, la TSR a choisi de donner la parole à deux jeunes:

- un jeune homme, Adrien Genecand, 22 ans, qui travaille, qui est actif en politique est super dynamique et qui est pour la loi

- une jeune femme de 24 ans, étudiante, qui n'a semble-t-il jamais travaillé (elle n'est pas une fille de riches ! dit-elle), qui a été au bénéfice d'une bourse pour ses études, qui attend du chômage de recevoir un revenu et qui est donc contre la loi.

En tant que femme active, et en tant que présidente des Radicales du canton de Genève, je me permets de souligner que ce clivage est un cliché malheureux. Les femmes d'un côté, assistées, sans job, contre la loi et de l'autre, les hommes, battants, actifs économiquement, libres. Je suis certaine qu'il y a aussi des jeunes femmes en faveur de la loi et des jeunes gens contre.

Je souhaiterais rendre attentive notre télévision nationale de ne pas perpétuer des messages de ce type à l'avenir dans le choix des intervenants, à ne pas cantonner les femmes dans un rôle passif et les hommes dans celui d'actif. Imaginez, la TSR aurait fait le même clivage en montrant des personnes de couleur contre la loi et des petits suisses bien blancs en faveur... on aurait hurlé au scandale raciste ! et avec raison ! Alors, évitons le scandale "genriste" et montrons des femmes et des hommes dans chaque catégorie...

19:11 Publié dans Genre | Tags : genre, politique | Lien permanent | Commentaires (4)

25/08/2010

Sexe et genre

Quand est-ce que les femmes visibles cesseront d'employer le sexe pour parler de genre ? Être un homme ou être une femme comporte une multitude de différences, dont le sexe fait partie... Donc le genre définit le féminin et/ou le masculin. Et les hommes dits forts ont longtemps utilisé l'expression "sexe faible" pour parler des femmes. Il semble que depuis ce moyen-âge préhistorique, les hommes intelligents parlent de "femmes" et utilisent le sexe pour parler de sexualité. Alors de grâce! Que les femmes parlent de "genre" et laissent leur "sexe" à sa place ! Micheline, c'est bien un prénom féminin ? Michelin, c'est masculin !

Envoyé de mon iPhone

09:43 Publié dans Genre | Tags : genre, politique | Lien permanent | Commentaires (2)