23/08/2012

ADAM & REVE, suite de 2100 ZONE AMA

 

roman, genre, femme

Vous avez lu et aimé mon premier roman "2100 ZONE AMA" ? Comme promis, je vais publier sur le blog de la Tribune de Genève le deuxième volume qui s'intitule "ADAM & REVE". Vous retrouverez Jo, la femme rebelle, Adam, le peintre aveugle, Zac, le frère, et Kim, la soeur. Mamie Li et Georges, le chauffeur. Le monde n'est pas coupé en deux, les femmes d'un côté et les hommes de l'autre, la vie est de partager, non de séparer.

08:41 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

20/05/2011

2100 ZONE AMA

Si vous avez aimé 2100 ZONE AMA, vous aimerez peut-être la suite du triptyque: ADAM ET REVE...

Quand le pouvoir réalise que certains sont exclus... Jo va tout faire pour qu'Adam et les hommes soient intégrés dans cette société. Cela commencera par sa propre vie à elle. Ce monde rose et préservé qui était le sien va se teinter de violence et d'autres réalités. La différence enrichit mais oblige à changer. Jusqu'à quelle limite peut-on aller, et au-delà, y a-t-il un monde meilleur ?

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

 

- Tout le monde est là?

- Non, Mami Li, il manque Jo

- Jo?

- Oui, elle est aux toilettes, elle a... des nausées expliqua Adam

- Des nausées? Mon bébé a des nausées? S'étonna Kim?

Jo arriva sur ces entrefaites en s'excusant

- Non merci, je ne me sens pas de boire du champagne. Un verre de jus de fruits?

Georges se précipita à la cuisine et revint avec un verre coloré.

Mami Li leva son verre se spritz.

- Les enfants, comme vous le savez, c'est un grand jour. Nous sommes ici réunis pour fêter les vingt ans de Jo, et Jo, j'aimerais te dire que le plus beau cadeau que tu puisses recevoir pour ton anniversaire est celui-ci.

Mami Li fit une pause. Le silence bloqua les respirations

- Ce cadeau, ma petite Jo, c'est une famille, la famille, ta famille. Je propose que nous levions nos verres à la famille !

- A la famille reprit Zac

- A la famille répétèrent Jo, Kim, Swan, Adam et Georges,

A la famille !

 

...................................................Fin

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

18/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

Zac s'avança en tendant son cadeau à Kim

- Petite sœur, je t'ai apporté un cadeau, c'est une toute petite chose, j'espère que cela te plaira

- Zac, je suis tellement bouleversée, tant de choses nouvelles se bousculent dans ma tête et dans mon cœur. Il faut que tu m'expliques, ton fils, ta vie, et Jo qui me dit que c'est l'homme de sa vie, mais comment puis-je ignorer tant de choses?

- Petite sœur, ouvre ton cadeau, nous avons le temps de parler du passé, maintenant, nous devons seulement vivre cette journée au présent, c'est l'anniversaire, le vingtième anniversaire, de ta fille. Et cette journée doit être la plus belle de sa vie.

Kim le regarda de se grands yeux mouillés. Elle vivait un rêve, et Zac avait raison. Vivre les heures de ce jour les unes après les autres, sans se poser de questions, ni chercher de réponses. Elle décacheta le papier de soie bleu, et découvrit une miniature, un portrait d'une petite fille, un portrait dans un cadre d'une dizaine de centimètres. Un portrait merveilleux

- Tu te reconnais? C'est le dernier souvenir que j'ai de toi, quand tu avais sept ans et que je suis parti en internat.

Kim regardait le petit tableau et recommença à pleurer. Mami Li la prit par l'épaule et la serra contre elle.

- Ma chérie. Mes enfants réunis, c'est un miracle ! Et Mami Li se leva.

- Georges, apportez-moi un autre spritz et faites-en un pour vous. Les enfants, venez tous ici.

Swan s'était assise à côté de Kim sur le divan, Zac appuyé à la porte près d'Adam. Georges arriva avec les deux verres de spritz.

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

17/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

Jo s'assit auprès de saman. Elles étaient là toutes les trois, Mami Li, Kim et Jo. Swan prit une photo qu'elle projeta immédiatement sur le mur écran du salon. Trois générations de femmes, trois générations de femmes qui s'aimaient. Zac arriva avec une bouteille de champagne, Swan derrière lui, portant un plateau avec les verres.

- Georges est en train de préparer un spritz pour Mami Li, dit-elle en posant le plateau sur la table basse. Jo se leva

- Maman, Mami Li, Swan, aujourd'hui c'est mon anniversaire, c'est le plus beau jour de ma vie. Elle ne savait pas très bien comment continuer. Elle avait préparé des mots dans sa tête, mais ils s'étaient cachés, elle ne trouvait plus son discours.

- Maman, Mami Li, Swan, j'ai reçu un cadeau magnifique, un cadeau de la vie, un cadeau extra-ordinaire. J'ai rencontré la personne qui va changer mon existence, la personne qui m'a rendue femme et...

Jo s'arrêta, elle n'avait plus les mots. Zac fit un pas en tenant le coude d'Adam

- Bonjour dit Adam

- Rebonjour Adam, répondit Mami Li

Kim avait dans sa main gauche le mouchoir, elle prit de sa main droite la coupe de champagne que lui présentait Swan

- Adam?

- Mais oui ma chérie, Adam est le fils de Zac

- Merci Mami Li, et Jo?

Jo s'approcha d'Adam, le prit par la main, et l'embrassa sur la joue

- Adam est l'homme que j'aime

- Jo? Jo? Kim but sa coupe d'une traite.

- Alors Georges, et mon spritz? Je crois que j'ai besoin d'un verre, cria Mami Li

- J'arrive Mami Li, voici

Et Georges lui tendit le verre de breuvage orangé.

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

16/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

La porte d'entrée s'ouvrit et Mami Li apparut. Elle était magnifique, dans une robe rouge en lin, cintrée à la taille, ses cheveux légers, son sourire éblouissant. Jo se jeta dans ses bras. Elle sentait contre sa joue la poitrine qui battait si fort. Et Mami Li sentait si bon, le soleil, la mer, les fleurs d'oranger, le jasmin.

- Mami Li, tu es un bouquet de fleurs

- Merci ma Princesse, je suis si heureuse de te voir. C'est un grand jour aujourd'hui, un très grand jour

Jo se tourna et enlaça Mami Li par la taille. Elles se tenaient toutes les deux, sur le perron, devant les trois hommes qui leur faisaient face. Le silence était une pause dans le temps. Zac prit le bras d'Adam. Georges passa derrière les deux femmes en murmurant un « bonjour Mami Li », et s'engouffra dans la fraîcheur de la maison

- Zac, mon fils

- Maman, je suis si heureux de te voir

- C'est un grand jour

- Oui Mami Li, un grand jour. Je te présente Adam

- Adam?

- Adam, mon fils

- Adam, ton fils?

Le silence était tombé comme un verre se casse. Jo se ressaisit et, souriant, invita tout le monde à entrer dans la maison. Mami Li dut s'asseoir dans le salon, Zac ne savait plus qui soutenir, Adam ou saman

- Ton fils? Comment est-ce possible, une vie entière ensemble sans se connaître, est-ce ainsi que les hommes vivent?

Kim arriva suivie de Swan et s'arrêta net.

- Nous étions dans le jardin, je n'ai pas entendu la voiture. Mami Li, tu vas bien?

- Oui ma chérie, je devais juste m'asseoir !

- Bonjour Kim. Zac s'avança d'un pas

- Zac, mon frère Zac, tu n'as pas changé

Kim hésita puis se pencha sur la joue de cet homme pour y déposer un baiser. Zac tendit l'autre joue

- Je n'ai pas changé, merci petite sœur, j'avais sept ans la dernière fois que nous nous sommes vus...

- Tu n'as pas changé, tu as les mêmes sourcils, le nez droit, la même mâchoire. Zac, Zac !

Et elle fondit en larmes en s'écroulant sur le canapé à coté de Mami Li

- Tu comprends ma chérie pourquoi j'ai dû m'asseoir !

Kim avait levé les yeux sur Swan qui lui tendait un mouchoir, ses yeux pleins de larmes. Elle se moucha bruyamment et voyant Jo, commença à s'excuser

- Mon bébé, pardonne-moi, c'est ton jour d'anniversaire, c'est ta journée, et je suis tellement émue de voir Zac. En fait, je crois que je suis aussi tellement émue de savoir que tu as vingt ans aujourd'hui. Tu es une adulte, tu ne seras plus jamais ma petite fille !

- Mman, je serai toujours ta petite fille, même adulte, tu le sais bien !

- Viens m'embrasser, je suis si heureuse de te voir. Tu m'as manqué. Encore une chance que Mami Li ait accepté mon invitation à venir passer ces semaines avec moi, la maison était bien vide.

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

13/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

La route se déroula sans encombre, le pilotage s'effectuait sans à-coup, la voiture était sur ses rails, et informa une dizaine de minutes avant, qu'on arrivait à la sortie de la zone. Georges reprit les commandes, entra dans la rue A, et s'arrêta devant le M. Adam appela pour dire qu'ils étaient là, et Zac répondit en passant la porte de l'immeuble. Il souriait et tenait un petit paquet enveloppé dans un papier bleu à la main.

Georges roulait sur la route qu'il prenait tous les jours, plusieurs fois par jour, et il la regardait comme la première fois. Il conduisait Jo, ce qui était banal, avec Adam, et Zac à coté de lui. Il pensa à Mami Li et au spritz. Il en prendrait un verre à la cuisine, il l'avait bien mérité. Il gara la voiture devant la maison, il se rappelait quand il avait ramené Jo et que les télévisions enrobaient la maison et la rue d'une foule de journalistes. Il n'y avait personne. Georges respira encore une fois. Jo était déjà sortie, et Zac ouvrait la porte lentement. Il faisait beau comme le jour d'une naissance à la vie.

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

12/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

- Georges, je ne suis plus une enfant, au cas ou vous l'auriez oublié, j'ai vingt ans aujourd'hui. Je suis une adulte !

- Oui Miss Jo. Je vous souhaite un très joyeux anniversaire d'ailleurs.

- Georges, rassurez-vous. Kim sait déjà que Zac vient, donc elle a déjà la moitié de la surprise. Elle s'y attend et elle va être tellement sous le coup de l'émotion qu'elle ne pourra rien faire. Ensuite, Mman me fait la surprise d'avoir invité Mami Li à la maison. Donc préparez les spritz.

- Oui, mais...

- Mais Georges, ne faites pas l'enfant, je pense que pour Zac aussi l'émotion sera immense, sans parler de celle d'Adam, n'est-ce pas Adam? La nuit fut hachée

- Oui Georges, vous ne pouvez pas imaginer comment j'ai passé ces quelques heures. Je ne voulais plus venir. C'est Zac qui a réussi à me convaincre. En fait, il a dit que si je ne venais pas, il ne viendrait pas non plus. Et ça, pour Kim, ça aurait été horrible. Je ne pouvais pas annuler sur une simple décision de ma part des retrouvailles de vingt ans.

- Oui, sieur, pardon, Adam, c'est vous qui avez le rôle le plus périlleux, d'ailleurs voici le bracelet de Georges

- Merci, il faudra vraiment le remercier. Il a retrouvé un poste?

- Non, il travaille toujours pour Mme C. Crone, et il est content

Jo poussa un cri

- Georges, vous avez mis des gants blancs?

- Oui Miss Jo, pour vous faire plaisir, cela vous plaît?

- Georges, j'apprécie le geste, je suis très honorée, mais puis-je vous demander une faveur?

- Bien sur Miss Jo, tout ce que vous voulez

- Pourriez-vous enlever vos gants?

- Oserais-je vous demander pourquoi?

- Vous pouvez me demander, mais je ne vous répondrai pas. Disons que vous êtes avec nous depuis vingt ans, et que je ne vois pas pourquoi vous devez porter un uniforme qui souligne votre dépendance

- Miss Jo, j'aime ma dépendance, et j'en suis fier. Je n'échangerai pour aucune indépendance imaginable cette dépendance à la famille Solen, à Mame Kim, à Mame Swan et à vous-même.

- Vous voulez dire que même si on vous offrait une possibilité de partir, vous ne partiriez pas? Même si c'était pour une meilleure position?

- Absolument, je suis avec vous et je reste. Si vous vouliez vous débarrasser de moi, Miss Jo, il faudra trouver autre chose !

- Oh non, loin de moi cette idée, mais je pensais parler de liberté pour mon anniversaire, et réalise que vous n'aimeriez pas

- La liberté dont vous parlez est le revers de votre responsabilité. Si vous me libérez, comme vous dites, vous n'êtes plus responsable. Et comment vais-je survivre? Je ne veux pas de votre liberté, si elle ne s'accompagne pas d'un exercice individuel de ma responsabilité et accessoirement, de mon indépendance financière. On ne parle pas d'argent Miss Jo, mais ça reste quand même la chaîne la plus solide. Et je préfère être dépendant et avoir un statut et de l'argent, sans parler du respect de votre mère et de sa gentillesse, que d'être libre et ne pas manger à ma faim, souffrir des moqueries et des insultes.

- Georges, vous dépeignez les choses sous un angle bien binaire. Tout n'est pas blanc ou noir

- Miss Jo, si vous me permettez, je crois que vous n'imaginez même pas dans quelles conditions vivent certains hommes dans la zone. Excusez-moi mais Zac ou vous Adam, avez un statut particulier, vous êtes libres parce que vous êtes des artistes célèbres, enfin, que vos toiles sont célèbres et se vendent bien. Et l'argent achète la liberté, même dans la zone

- Georges, nous allons arrêter ici, je crois. C'est mon anniversaire et cette discussion me semble bien profonde pour un premier août. Il fait beau, et on va faire la fête !

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

D'ailleurs, il devait passer le prendre une fois que les enfants seraient dans la voiture. Arriver chez Mame Kim avec Jo et Zac et Adam. C'en était trop pour Georges. Comment imaginer ce qui pouvait se passer? Il décida de laisser faire les choses sans les projeter dans sa tête. A un certain moment, il faut sauter, et ensuite seulement on sait quelle était la profondeur du gouffre. Pourvu qu'il ne soit pas trop profond. Au moins, pensa-t-il, ils sauteraient à plusieurs. Ce qui était en soi rassurant. La pensée de mourir est terrible mais penser qu'on risque de ne pas être seul représente un certain réconfort. Enfin, moyennement, on meurt tout seul de toute façon.

 

La portière qui s'ouvrait le fit sursauter

- Bonjour Georges, vous allez bien?

- Oui Miss Jo, bonjour, et vous-même, vous allez bien?

Il était sorti de la voiture et avait fait le tour pour aider Jo et Adam à s'installer.

- Bonjour Georges,

- Bonjour sieur Adam

- Georges, je vous ai déjà dit, Adam tout seul

- Bonjour Adam tout seul

Et tous éclatèrent de rire.

- Vous aviez l'air bien inquiet quand nous sommes arrivés à la voiture. Quelque chose ne va pas Georges?

- Miss Jo, je ne sais comment dire

- Avec des mots, c'est le plus simple

- Oui je sais, enfin, je pensais à votre mère et à la tête qu'elle fera quand elle va faire la connaissance de...

- De moi? S'enquit Adam?

- Oui de vous, et de Zac. Et il y a autre chose

- Oui Georges?

- Je lui ai menti, j'ai menti à votre mère, et c'est très pénible. Elle va me mépriser, elle va me chasser peut-être !

- Mais non, Mman ne va pas vous chasser. Et vous n'y êtes pour rien, je vous ai forcé

- Je vous en prie Miss Jo, ne faites pas l'enfant

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

10/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

8 heures. Georges était rutilant, souriant, élégant. Il avait même mis des gants blancs et pensait qu'ainsi, il ferait honneur à Miss Jo. Son ami Georges O. lui avait redonné son bracelet pour la journée, mais sans aller chez Zac. Il préférait rester dans sa chambre et en profiter pour finaliser une montagne de corvées administratives. Georges avait mis le bracelet dans sa poche puis l'avait caché dans la boîte à gants. S'il se faisait contrôler avec deux bracelets, il aurait beaucoup de peine à expliquer pourquoi. Il avait réfléchi à une solution bidon au cas où: il y avait eu une bagarre en sortant du BarBar et il l'avait trouvé par terre. C'était nul comme raison, mais au moins, c'était une épave à quoi s'accrocher en cas de naufrage. Mais il n'y eut pas de naufrage. Georges était pile à 8 heures devant le loft de Mame Kim. Et il attendait Jo. Il pensait qu'il avait une chance folle d'être le chauffeur de Mame Kim, et surtout, lui, d'être réel. Il n'arrivait toujours pas à cerner Adam, qui il était, ce qu'il faisait. Et soudain, son sourire tomba. Il tomba comme la lumière s'éteint. Il mesurait dans un seul battement de cœur qu'aujourd'hui, jour d'anniversaire de Jo, il allait emmener, Jo, naturellement, et Adam. Adam serait présenté à Kim. Et Kim risquait de très mal le prendre. Non, elle le prendrait très mal, sans aucun doute. Et lui Georges, il avait menti à Kim, menti car il ne lui avait rien dit, il ne lui avait pas fait un rapport de ce qu'il savait, il avait trahi la confiance de Mame Kim. Et si elle ne lui pardonnait pas? Mais ce n'était pas de sa faute, c'était Zac, non Adam, non Jo. Pourquoi avait-il été dans la zone? Il réfléchissait et soudain rougit. C'était Mami Li qui avait parlé de Zac la première. Et ce ne pouvait pas être de la faute de Mami Li. D'un autre point de vue, Adam était un garçon bien, il était le fils de Zac, et Zac était l'homme le plus intègre et le plus généreux que Georges ait connu. C'était Zac qui lui avait permis de trouver cette place chez Mame Kim. Et Zac était un homme apprécié.

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

09/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

De longs moments de silence se heurtèrent sur la terrasse. Puis Jo eut une intuition

- Adam, est-on d'accord que Kim est la personne qui m'aime le plus au monde ?

- Oui

- Est-on d'accord que Zac est l'homme qui t'aime le plus au monde ?

- Oui

- Alors appelons-les, et on peut leur demander conseil.

- Tu vas expliquer à Kim que...

- Oui, je vais tout lui dire

- Mais elle ne sait rien de rien ! Zac au moins connaît ton existence, sait que nous sommes ensemble, je propose qu'on lui parle d'abord à lui

- D'accord, tu as raison, on verra ce qu'il nous dit. Mais promets-moi une chose

- Oui, Jo

- Promets-moi que quel que soit le conseil que Zac peut nous donner ou Kim, on décide quand même nous seuls. D'accord?

- Alors pourquoi leur demander conseil?

- Tu promets?

- Oui Jo mon amour, je promets tout ce que tu veux.

Et Adam prit son téléphone et murmura "Zac" pour qu'il le connecte.

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

06/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

- Mais c'est la folie. Jo tu n'imagines même pas. Je vois la scène: "Bonjour Madame, je m'appelle Adam, je n'ai pas d'identité je suis aveugle et je suis l'amant de votre fille, ravi de faire votre connaissance". Elle va tomber ! Soit elle me tue, soit elle fait une attaque. D'après ce que j'ai compris, cette société est tellement règlementée, ta mère va collapser !

- Ok, alors on fait quoi ? Tu restes ici, moi je vais fêter mon anniversaire et je reviens comme si de rien n'était? C'est mes 20 ans et c'est ma mère. Elle est la personne qui m'aime le plus au monde, alors je vais te dire, si elle n'accepte pas notre histoire, personne ne pourra l'accepter, et ce sera fini. Donc soit tu viens avec moi et si ça se passe bien on peut imaginer une suite ensemble. Si ça se passe mal, c'est fini. Et en tout cas, si tu ne viens pas, c'est fini. C'est simple, non?

- Avec toi Jo c'est toujours un peu trop simple, noir ou blanc, oui ou non. On pourrait trouver une nuance ?

- Je n'aime pas le gris. Je n'aime pas le tiède. C'est « oui » on a confiance en Kim, et en Mami Li et en Zac, ou bien « non », et alors on ne peut avoir confiance en personne

- Jo, tu ne m'écoutes pas

Adam pleurait

- Jo, j'ai peur, j'ai peur, tu ne vois pas que nous ne faisons pas partie du même monde? Toi tu es du côté de la lumière, de la vérité, de la justice, du droit, et moi, je suis dans la zone, l'ombre, l'inconnu, le néant. D'un coup d'un seul tu veux passer la frontière, mais moi j'ai peur. Toi tu risques quoi? Si on me trouve, on dira que je t'ai séquestrée, que je t'ai forcée, que j'ai abusé de toi, comme ce pauvre Georges qui m'a prêté son identité. Et de toi on dira que tu as subi une terrible épreuve, tu iras en clinique pour te reposer quelques temps et tout sera oublié, pour toi. Moi je risque au mieux... la peine de mort, tu comprends ça Jo, la mort. je j'ai pas d'identité, je n'ai pas d'implant, je serai le méchant, l'homme à abattre, le monstre aveugle, le cyclope qui hurle que personne lui a crevé son œil. Et en plus de moi, Zac sera accusé. On lui demandera pourquoi il ne m'a pas déclaré quand il m'a trouvé, on le jugera coupable, et il sera un exemple pour tous les autres. Au pilori des hommes qui ont voulu aller contre la loi. Il sera puni sévèrement. Pour l'exemple, pour l'exemple !

- Adam, je t'aime !

Jo s'était retournée et embrassait Adam, buvait ses larmes salées, léchait sa peine.

- J'ai honte, je suis si égoïste, je ne pense qu'à moi. Tu as raison, on ne peut rien faire. Alors...

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

- Comment peux-tu dire que c'est sûr. Rien n'est jamais sûr. Surtout pas avec Zac

- N'importe quoi, si Zac dit qu'il vient, il vient. J'en suis convaincue

- T'a-t-il seulement dit qu'il viendrait?

- Il a dit qu'il viendrait. Enfin, je n'en sais rien, j'ai parlé à Kim et pour elle c'était très difficile de dire « oui » comme ça. Elle m'a dit que Zac, même si c'est son frère, est un inconnu pour elle. Et elle ne saura pas comment réagir. Mami Li va convaincre tout le monde, tu vas rencontrer Mami Li, c'est une femme extraordinaire !

- Ecoute Jo, j'ai vécu reclus pendant 20 ans, avec comme seul compagnon Zac, mon père spirituel. Et en quelques semaines, je croise une femme qui me bouleverse, je pars au bord de la mer avec elle, conduit par son chauffeur de confiance qui me prête une identité, et là, soudainement, je dois me retrouver avec une femme qui est la mère de ma Princesse et sa propre mère. C'est beaucoup pour un seul homme

- Tu oublies qu'il y aura Zac et Georges, que tu connais déjà

- Ok pour Zac et Georges. Mais je ne connais pas Kim ni Mami Li. Mais c'est vrai que ça s'équilibre. Trois hommes et trois femmes

- Oui, enfin, ce n'est pas tout

- Comment ça ce n'est pas tout. Il manque quelqu'un?

- Oui, Swan, la femme de maman

- Il manquait Swan, l'épouse ! Jo, rien que compter tous ces gens me donne la migraine, comment veux-tu que je sache me comporter avec tous ces inconnus ?

- Comme avec moi, je veux dire, comme tu es

- Et taman, comment va-t-elle me recevoir, sait-elle seulement pour moi?

- Non, je n'ai rien dit, tu penses !

- Elle va me tuer

- Mais non, si elle sait que tu m'aimes, elle ne va pas te tuer. Enfin, je crois !

- C'est charmant ta proposition, d'abord je dois me mêler à une foule de gens que je ne connais pas, moi qui ne suis jamais sorti de mon appartement, et ensuite, je risque de me faire tuer parce que je suis un homme et que je suis amoureux d'une jeune fille

- Je te promets qu'elle ne te tuera pas. D'abord, il y aura Zac, et Kim sera très contente de le retrouver, je suis sûre. Ensuite, il y a Mami Li, et Mami Li est la maman de Zac et de Kim. Mami Li sait ce que c'est que d'avoir un garçon à la maison, elle fera le lien entre ce qui était et ce qui est

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

04/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 9Diapositive1.jpg

Famille

Jo était assise sur le sofa de la terrasse. Elle regardait le jour mourir sur la mer, les tons de violet se muer en rose rouge, le bleu sombre ciselé de blanc s'enfoncer lentement dans les flaques pourpre du soleil qui se mirait en triangle. Elle sentait contre son dos la chaleur d'Adam. Elle sentait contre sa nuque l'haleine d'Adam, elle sentait contre son ventre les mains d'Adam. Elle lui racontait les couleurs du ciel et de la mer, le soleil qui partait et cette lumière magique qui prend vie entre le jour et la nuit, le crépuscule du jour ou l'aube de la nuit. Cet entre-temps qui donnait un reflet lumineux à l'air alentour. Peu à peu, les étoiles s'allumèrent, et Jo décrivait à Adam dans quelle partie du ciel elle voyait les plus brillantes. La rouge étincelante, Venus lui dit-il, qui leur faisait face. Jo était bien, le silence bientôt remplaça ses descriptions. Adam caressait son ventre et Jo posa ses mains sur les siennes.

 

 

Quand il fut totalement nuit et que la seule différence entre le ciel et la mer se trouvait dans les points lumineux des étoiles, Jo fit mine de rentrer

 

- Il fait nuit, on va se coucher

 

- Attends Jo, on est bien ici, tu n'es pas bien?

 

- Je suis très bien dans tes bras, mais il est tard et demain c'est le grand jour

 

- Jo, j'ai peur de ce grand jour. Je ne suis pas certain de vouloir venir

 

- Adam, on en a parlé plusieurs fois. Tu vas venir, tu dois venir. C'est mon anniversaire

 

- Dès qu'il sera minuit ce sera le premier août, et je vais te fêter, te célébrer... mais, mais demain, je ne sais pas

 

- Tu ne voulais pas non plus venir ici, et est-ce que tu regrettes?

 

- Oui, totalement

 

- Oh, quel affreux tu fais !

 

- Mais non, je suis très bien ici. En fait, je suis très bien avec toi. Zac me manque, c'est vrai, mais comme on peut se parler par téléphone, ça va. Quoi que ce n'est pas pareil de se parler et de se voir, je veux dire d'être ensemble. Mais ta présence fait que l'absence de Zac ne me pèse pas trop

 

- Tu vois, demain, tu vas revoir Zac, parce que lui, il vient, c'est sûr

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

03/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8Diapositive1.jpg

Existence

 

- Il s'appelle "Ailleurs" et elle l'a écrit en 2000

 

AILLEURS

 

Je rêvais d'un ailleurs

d'ailleurs, je rêvais

Je rêvais, c'est donc vrai

qu'ailleurs est un essai

hors de soi et du temps

femme d'ailleurs de hors

de ceux des heures

qui ailleurs font les leurs

les hordes des hommes

qui sont là

et nous loin, ailleurs

au vert, c'est vrai

hors j'aimerais rêver

d'être ailleurs avec eux

les heureux, les élus

qui ne sont plus dès qu'on est

avec eux, qui sont autres

qui sont ailleurs...

D'ailleurs, je rêve d'un lieu

commun, d'un lien d'une main

mais mon envie n'est pas leur

la leur en vrai, qu'est-elle?

prends-moi et dis-moi

si ailleurs est comme ici

si ailleurs est simplement

un rêve dehors

de hors moi, de hors toi

Emmène-moi... et dors avec moi

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8Diapositive1.jpg

Existence

 

Jo, dans la cuisine, égoutta les pates, les versa dans un grand plat blanc à fleurs vertes sur le pourtour, ajouta la sauce qui mijotait et revint sur la terrasse. La vie est si simple pensa-t-elle

- Et alors, ton examen? Comment ça s'est passé?

- Tu m'as bien aidée, je t'ai vu par la fenêtre

- Je te promets que je n'étais pas là, reprit Adam en riant

- Je sais bien, mais tu étais avec moi, et tu m'as soutenue, par ta présence. D'ailleurs ce n'est pas la première fois que je te vois quand tu n'es pas là

- Moi aussi je te vois je te vois tout le temps, tu es toujours avec moi et quand tu n'est pas là, je te parle quand même. Je dialogue avec toi, dans ma tête.

- Et je te réponds?

- Toujours, tu as toujours quelque chose à dire, tu ne savais pas?

L'après-midi égrena ses heures en vidant la bouteille de vin blanc, la mer était limpide et Jo eut envie de se baigner. Elle laissa Adam à sa peinture et partit sur la plage.

 

Jo, la peau salée de la mer et les cheveux humides, revint sur la terrasse, devant la grande caisse pleine de documents divers. Adam quitta sa toile et se posa sur le sofa près d'elle.

 

- Alors, c'est intéressant?

 

- Il y a beaucoup de documents et de disques. Il me faut un lecteur, que je n'ai pas ici. Je devrais commencer par reformater toutes ces infos sur un support lisible. Une plaque ou un ordi indépendant.

 

- C'est très compliqué?

 

- Oui, non, je ne sais pas, je suppose que ça fait partie du travail à fournir

 

- Et il n'y a rien que tu puisses déjà lire?

 

- Si si, il y a des papiers. Incroyable que cela ait tenu si longtemps. Tout a dû être super bien entreposé. Pas d'humidité, car il n'y a pas de moisissure

 

- Donc tu as pu lire certaines choses?

 

- Oui, il y a des articles de journaux, assez en piteux état quand même, et des textes. Des carnets, sur lesquels cette femme écrivait des tas de choses, politique, perso, amical, la liste des courses...

 

- La liste des courses?

 

- Oui, la liste des courses, des choses à faire... Si tu veux, je te lis un poème que j'ai bien aimé

 

- Avec plaisir,

 

- Il s'appelle "Ailleurs" et elle l'a écrit en 2000

 

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

29/04/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8Diapositive1.jpg

Existence

 

- Mais quoi?

- Mais depuis que tu es dans ma vie, j'aimerais pouvoir te voir, te regarder. Tant que je peignais ce dont je rêvais, cela ne me manquait pas, mais maintenant, avec toi, j'aimerais te voir comme tu es, et non comme je t'imagine

- Je peux te poser une question?

- Bien sûr. Attends, je vais verser le vin et mettre les pâtes à cuire.

Adam quitta lentement la terrasse pour la cuisine, Jo entendit quelques armoires et Adam revint, la bouteille de blanc à la main et le sourire aux lèvres.

- Oui Jo, tu voulais me poser une question

- Oui, comment as-tu fait pour peindre mon visage alors?

- Ton visage? Tu as vu le tableau?

- Non seulement je l'ai vu, mais Mman me l'a offert pour mes 20 ans. J'ai été tellement surprise quand je l'ai vu lors de l'expo de Miss Niva, en plus, tu sais qu'il s'appelle "ma fille"?

- Non, c'est notre pacte avec Zac, quand les tableaux quittent la maison, je n'en sais plus rien et je ne demande rien. "Ma fille" ?

- Oui, Kim me l'a offert en disant que cette jeune femme représentée était bien "sa fille". Mais en fait, c'était donc bien moi qui avais servi de modèle. Comment as-tu fait? Tout y était, les cheveux, les yeux, les fossettes, la bouche. C'était moi, mais, Adam, tu ne m'avais jamais... vue

- Non, moi pas, mais Zac oui, il m'a raconté comment étaient tes cheveux, tes yeux, ta bouche, ta peau. Il m'a décrit ton visage, il m'a même dit qu'il te décrivait comme si tu étais sa fille.

- Alors ce n'est pas Miss Niva qui a donne le nom au tableau, mais Zac

- Il te considère peut être comme sa fille. Tu es la fille de sa sœur, génétiquement, vous avez 25 % en commun

- Connaissant un peu Zac, je pense qu'il se fiche éperdument de la génétique. Je pense que c'est plus...

- Affectif. Il t'aime tu sais

- Adam, ce sont des mots que nous ne devons pas utiliser entre un homme et une femme

- Et pourquoi? Ce sont des mots que vous ne pouvez pas utiliser dans votre monde, mais moi je n'en fais pas partie, tu le sais bien. Je suis hors de votre société, hors du temps, je n'existe pas

- Arrête de dire des sottises, tu existes, tu es la devant moi, et du fais cuire des pâtes. D'ailleurs je vais voir si elles sont cuites.

Adam s'enfonça dans sa chaise. « Ma Fille » pensa-t-il, j'aurais choisi « Mon Amour » !

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

28/04/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8Diapositive1.jpg

Existence

Georges l'attendait comme d'habitude sur le parking des chauffeurs. Il avait enlevé sa veste et était appuyé contre la carrosserie. Devant le visage radieux de Jo, il sourit à son tour et lui ouvrit la portière arrière.

 

- Miss Jo, vous avez l'air très contente. Si j'ose, cela s'est bien passé?

 

- Georges, c'était super, je crois que j'ai très bien réussi. En tout cas mieux que la première fois !

 

- C'est la mer qui vous fait du bien Miss Jo. Le soleil, les vacances. Vous étiez très stressée avant vos examens

 

- Oui, la mer et les vacances... et Adam rajouta-t-elle dans sa tête.

 

 

Quand elle arriva au loft, Adam l'attendait. Il avait préparé une sauce tomates au basilic et l'eau bouillait pour les pâtes. Le couvert était mis, très joliment, sur la table de la terrasse, les verres attendaient le vin blanc, le pain était coupé et la salade brillait dans un saladier transparent. Jo en avait le souffle coupé. Adam faisait de tels efforts pour lui faire plaisir...

 

- Non, je ne fais pas d'effort, je fais ce qui me fait plaisir ma belle Jo

 

- Tu lis dans mes pensées? Attention, je n'aime pas du tout ça

 

- Merci, je te prépare une jolie table, le vin est au frais et tu me fais des reproches?

 

- Adam, comment pourrais-je te faire des reproches, c'est tellement gentil que tu m'attendes comme ça avec le déjeuner prêt. Tu ne savais pas quand j'allais rentrer !

 

- Si, je le savais

 

- Ah bon? Et comment

 

- Tu allais rentrer au moment où tu passerais cette porte. Le temps, ou disons l'heure, n'avait pas d'importance. Je t'attendais jusqu'à ce que tu arrives. Tu sais bien que je n'ai pas de montre. Je n'ai jamais construit mes journées en fonction des heures, ni du jour ou de la nuit. Pour moi, il fait toujours nuit...

 

- Oh Adam, je suis désolée

 

- Ne sois pas toujours désolée, mais tu sais, cela ne m'a jamais manqué de ne pas voir, même pas pour peindre, car je peins dans ma tête et Zac ajoute les touches qui rendent mes tableaux "achetables", disons. Mais...

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2011

2100 ZONE AMA

Chapire 8Diapositive1.jpg

Existence

Jo arriva à l'uni à 8h30. Georges était venu la chercher tôt. En montant les marches, elle reconnut quelques autres jeunes filles qui montaient aussi les marches. Toutes allaient refaire un examen, ce qui était accepté par l'article 7 du règlement interne. Si une jeune fille avait de bons résultats durant l'année et qu'elle ratait un ou deux examens, elle pouvait les repasser, et la meilleure note était conservée. La condition était que l'examen ait lieu dans les 48 heures qui suivaient l'annonce à la jeune fille, afin qu'elle ne puisse pas travailler plus que les autres. Ensuite, les résultats étaient communiqués à toutes les étudiantes, et imprimés dans les registres officiels, édités sur le web, analysés et comparés aux autres universités pour que le Ministère puisse les classifier. Les retombées étaient énormes; tout d'abord, beaucoup de mères choisissaient l'uni pour leur fille en fonction de leur place dans la liste, ensuite, l'écolage était fonction du rang, une uni qui était numéro un ou deux  pouvait demander une taxe très élevée et finalement, les professeures étaient mieux payées, et les meilleures d'entre elles venaient dans les meilleures unis, question de prestige pour leur CV. Ceci expliquait pourquoi il y avait urgence. Jo s'installa à la place qui lui était désignée et au deuxième gong, quand la porte tourna sur elle même, elle regarda par la fenêtre. Il faisait si beau, le parc était verdoyant. A travers la vitre, elle vit le visage d'Adam qui lui souriait. Quel mystère! Et quel secret ! Elle alluma sa plaque et se plongea dans les questions de Me Aiko. Elles lui semblaient complexes, mais possibles à résoudre, avec un peu de méthode. Elle sourit en pensant à la coquine et à l'image qu'Adam lui en avait faite; de la lumière sur un texte sombre. Jo ne releva pas la tête avant d'avoir fini. Elle avait passé environ deux heures à répondre systématiquement à toutes les questions les unes après les autres. Elle s'offrit une petite récompense et regarda à nouveau par la fenêtre. Tout était comme deux heures auparavant. Tout était identique, pensa-t-elle, et tout était différent. Elle avait fini son examen. Jo mourrait d'envie de rendre la plaque immédiatement, mais elle se força à relire. Après une bonne respiration, elle reprit chaque question, en vérifiant qu'elle avait bien compris le sens de ce qui était demandé avant de répondre sa réponse. Trop souvent elle avait répondu faux non pas parce qu'elle ne savait pas mais parce qu'elle avait mal interprété la question. Elle prit encore une demi heure pour tout relire. Contente, elle se leva, regarda encore une fois l'herbe et les arbres dans le jardin et remit sa plaque à la surveillante. Elle quitta la salle, marcha dans le couloir en fixant le bout de ses yeux grand ouverts, passa les portes d'entrée et descendit les marches, comme une reine. Elle se sentait si bien.

 

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)

26/04/2011

2100 ZONE AMA

Chapitre 8Diapositive1.jpg

Existence

 

Et la vidéo se terminait sur un grand sourire de la directrice. Jo hésita à appeler immédiatement. Puis elle réfléchît et décida d'en parler avec Adam avant de prendre une décision. Elle ne se sentait pas très à l'aise avec sa conscience, car l'examen à rattraper était le seul qu'elle avait passé avant de prendre la coquine. C'était le seul qui reflétait donc ses capacités réelles. Jo se sentait nulle. Elle avait triché et réussi non pas grâce à ses compétences, mais grâce à un élixir. C'était très injuste.

Adam arriva derrière elle et la prit par les épaules

- Alors mon amour, quelles nouvelles?

- J'ai réussi mes examens, répondit Jo d'une voie blanche

- Et bien, ça n'a pas l'air de te faire plaisir ! C'est plutôt une bonne nouvelle, bravo! Il faut fêter, nous allons ouvrir le champagne, c'est génial !

- Pas du tout, ce n'est pas génial, j'ai triché

- Toi, triché? Je ne te crois pas. Comment as-tu triché?

- J'ai pris une coquine !

Et Jo lui raconta toute l'histoire, et comment, dans les toilettes, elle avait finalement pris cette coquine au lieu d'apporter la fiole à la directrice. Jo se mit à pleurer

- Mais tu n'as pas triché, cette substance ne fait que renforcer ce que tu as déjà comme compétences, si une fille ne sait rien, alors avec cette coquine elle saura rien de rien. Mais si une fille sait des choses qu'elle a étudiées et rangées au fond de sa tête quelque part, cette substance permet de ressortit ce qui est caché on ne sait où dans la mémoire. Ce n'est pas triché, tu les as les connaissances. Mais en raison de ton grand stress et de ta fatigue tu avais juste besoin d'une... lumière, voilà, d'une lumière pour les éclairer. C'est tout !

- Une lumière?

- Oui une lumière mon amour, tu as tout étudié, et si tu avais un peu perdu le nord, c'est à cause de moi, j'en suis convaincu, alors disons que cette coquine a compensé l'effet Adam

- Toi, tu es un beau parleur !

Jo souriait. Elle se tourna et se blottit contre sa poitrine.

- Je dois repasser cet examen, à ton avis, j'y vais quand?

- Demain. Si la coquine fait encore de l'effet, autant en profiter

- Toi tu ne perds pas le nord !

- Je ne voudrais pas que mon amour rate ses examens à cause de moi. Demain.

- Demain?

- Demain.

Et Jo prit le téléphone pour appeler Kim

- Allo maman?

- Allo ma chérie, c'est toi? Tu vas bien?

Oui mman. J'ai reçu les résultats des examens.

- Et alors?

- Alors j'ai passé, sauf celui de Me Aiko

- Zut alors

- Oui mais je peux le repasser, en accord avec le règlement

- Super, je suis soulagée

- Alors voilà, j'ai besoin de Georges, s'il peut venir demain matin me chercher et me ramener après

- Bien sûr, pas de problème. Je t'envoie Georges. A quelle heure?

- Je vais vérifier avec l'uni et je te rappelle

- Bien ma chérie, j'attends ton coup de fil. Mais en fait tu pourrais rester ici jusqu'à ton anniversaire

- Je ne sais pas Mman. Je vais voir.

Jo raccrocha. Elle avait ses yeux plantés sur les lèvres charnues d'Adam et sentait une tiédeur lui monter le long des jambes.

 

 

07:00 Publié dans Fiction sociale | Tags : roman, genre, femme | Lien permanent | Commentaires (0)